/news/society

Une mère dénonce

L’accès à des vaccins essentiels pour nouveau-nés au ralenti dans certains CLSC

TVA Nouvelles

L’accès à la vaccination dans certains CLSC n’est pas facile pour des parents et leur nourrisson.

La mère d’un nouveau-né de deux mois a dû se battre pour obtenir les premiers vaccins de routine donnés par le CLSC de Verdun.

Voulant prendre rendez-vous pour l’obtention de ces vaccins très importants, on lui a indiqué qu’il y avait des listes d’attente allant de deux à quatre mois.

La mère doit partir en voyage à l’étranger sous peu, et elle craint ainsi que son nouveau-né puisse être exposé à des maladies graves et potentiellement mortelles.

«On se dit que c’est quand même grave, parce que ce sont des maladies mortelles. Ça fait des décennies que le calendrier de vaccination existe et que ça marche bien. À deux mois, il n’aura toujours pas ses vaccins, ça va être quand? Il y a deux mois, trois mois, quatre mois d’attente. Vraiment je ne sais pas», a raconté Anne-Cécile Huber.

«On est mars 2018 au Canada et on n’a plus accès à la vaccination», se désole la nouvelle maman.

capture d'écran | TVA Nouvelles

capture d'écran | TVA Nouvelles

D’autres parents ont également confié à TVA Nouvelles avoir été confrontés à des délais semblables pour faire vacciner leur poupon.

Le CLSC fréquenté par Anne-Cécile Huber admet avoir été débordé au cours des derniers mois.

Par ailleurs, l’abolition des frais accessoires qui est survenue il y a un an a fait en sortes que plusieurs cliniques médicales au Québec ont cessé d’administrer les vaccins de base parce qu’on ne peut plus facturer des montants pour le faire.

Plusieurs parents se seraient ainsi tournés en plus grand nombre vers les CLSC.

Par ailleurs, les vaccins peuvent être donnés en cliniques privées, mais coûtent plus de 100$, un montant que tous les parents ne peuvent pas débourser.

Les vaccins donnés à deux mois protègent les bébés de la diphtérie, la coqueluche, le tétanos, l’hépatite B, la polio, l’haemophilus influenzae type b (Hib) (en cause dans les méningites), le pneumocoque, et les rotavirus.