/regional/sherbrooke/estrie

Des ratés pour le registre des armes à feu

TVA Nouvelles

Le nouveau registre des armes à feu du Québec connaît des ratés et il semble que même les agents de formation du gouvernement provincial sont embêtés par celui-ci.

Le registre des armes à feu est entré en vigueur le 29 janvier dernier. Tout propriétaire d'une arme d'épaule, qu'il s'agisse d'un particulier ou d'un commerçant, se doit d'enregistrer son arme. Les entreprises qui achètent des armes auprès de différents fournisseurs ont l'obligation d'enregistrer ces armes dès leur entrée au Québec.

Un client qui s'est présenté dans un commerce de Sherbrooke voulait acheter une arme que le commerçant venait tout juste de recevoir. Comme ce dernier n'avait pas encore eu le temps d'enregistrer ces armes auprès du gouvernement, il a voulu le faire juste avant que le client puisse acheter l'arme.

Toutefois, lorsque ce dernier a téléphoné au Service d’immatriculation des armes à feu du Québec (SIAF) où l'employée a été incapable de le faire puisqu'elle ne trouvait pas l'arme dans son système. Elle a donc suggéré au commerçant de vendre l'arme au client sans que celle-ci soit enregistrée.

TVA Nouvelles a mis la main sur l'enregistrement de la conversation entre l'agente de formation et le commerçant.

«La loi dit que vous devez être enregistré et que vous devez faire un avis de transfert, mais est-ce que je vais vous dire " OK, Monsieur, vous allez perdre une vente, vous allez prendre le temps de l'immatriculer". Le temps qu'on le traite, ça va prendre deux ou trois semaines et après ça votre client va revenir dans trois semaines. Il a se revirer de bord et il va aller l'acheter ailleurs», entend-on sur l'enregistrement.

Le commerçant voulait se conformer à la loi, mais assure qu'il n'était pas en mesure de le faire puisque le modèle ne se trouvait pas sur le site du SIAF. «Je la rentre dans mon inventaire au niveau de SIAF, une fois qu'elle est dans mon inventaire, il faut que je fasse un avis de transfert quand la vente est faite. Je ne peux pas faire l'avis de transfert si je l'ai rentrée dans mon inventaire. Si le modèle n'existe pas au SIAF, moi je n’ai aucun recours», a-t-il expliqué.

TVA Nouvelles est toujours dans l'attente d'un retour d'appel de la part du ministère de la Sécurité publique.

Dans la même catégorie