/regional/quebec/quebec

1130 espaces de stationnement perdus à cause du projet de tramway

Stéphanie Martin | Agence QMI

gracieuseté, Ville de Québec

Le réseau de tramway et de trambus retirera 1130 espaces de stationnement à Québec qui seront en partie déplacés.

La Ville de Québec et le Réseau de transport de la Capitale (RTC) tiennent lundi un nouveau comité plénier pour expliquer aux élus les tenants et aboutissants du futur réseau de transport structurant.

On a appris que 1130 espaces de stationnement seront retirés. Sur le tracé du tramway, on enlèvera 750 places, soit 512 sur le boulevard René-Lévesque, 14 sur la rue de la Couronne et 224 sur la 1re Avenue.

Sur le parcours des trambus, ce sont 380 places qui seront perdues. Elles se déclinent sur le boulevard Charest (179 places), sur le boulevard des Capucins (59 places), sur le chemin de la Canardière (50 places) et sur le boulevard Sainte-Anne (92 places).

Les études d’avant-projet permettront de mesurer l’occupation des places de stationnement pendant la journée et la nuit et d’identifier, selon les endroits, s’il faut les remplacer ou non, ont expliqué lundi les autorités du RTC et de la Ville.

Il est possible que l’on construise certains petits stationnements publics, mais on «ne peut pas le garantir», a fait valoir le directeur du bureau des transports de la Ville, Marc des Rivières.

On peut aussi revoir la réglementation dans les quartiers riverains au tramway ou au trambus, au profit des résidents qui perdraient des espaces sur les grandes artères, a-t-il suggéré, par exemple en permettant le stationnement aux extrémités des rues transversales.

«Les solutions ne sont pas si compliquées que ça», a insisté le maire, Régis Labeaume.

Cohabitation avec les rails

Par ailleurs, les responsables ont précisé le retrait de certaines voies de circulation.

À cause de l’étroitesse de la rue, le futur tramway devra vraisemblablement cohabiter avec les voitures sur un tronçon de 460 mètres sur le boulevard René-Lévesque, entre les avenues Painchaud et Myrand, dans le secteur du cimetière juif et du cimetière Saint-Michel-de-Sillery.

Sur cette partie du parcours, le tramway demeurera toujours prioritaire, mais il aura à composer avec les voitures qui emprunteront ses rails. La gestion des feux de circulation permettra de ne pas retarder le tramway, ont assuré les employés du bureau du projet du réseau de transport structurant.

D’après eux, il s’agit là du «scénario privilégié» pour ce tronçon. Les fonctionnaires n’ont cependant pas complètement exclu l’hypothèse d’exproprier une bande d’environ 8 mètres (4 mètres de chaque côté) qui font actuellement partie des deux cimetières si jamais cela s’avérait nécessaire. Conscients de la sensibilité du sujet, ils ont indiqué qu’une telle option impliquerait d’importants «enjeux sociaux» et d’acceptabilité.

La semaine dernière, le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin, s’est demandé si l’administration Labeaume comptait «déterrer des morts» pour faire passer le tramway.

Dans la même catégorie