/news/politics

Budget: pas de profit sur le cannabis, mais des villes satisfaites

Québec ne prévoit pas faire de profits avec la vente de cannabis les deux premières années suivant la légalisation, mais les villes pourront tout de même profiter d’une aide de 62 millions de dollars.

Le gouvernement prévoit des revenus de 23 millions de dollars pour 2018-2019 en taxe d’accises et 50 millions la deuxième année. Selon une entente de principe avec Ottawa, Québec recevrait les trois quarts de la taxe d’accises qui correspondra à 1 $ par gramme ou 10 % du prix de vente du producteur.

Mais la création d’une vingtaine de points de vente ou le versement de 25 millions de dollars pour le Fonds de prévention et de recherche entraînera de nombreuses dépenses.

Ainsi, on prévoit un manque à gagner de 9 millions de dollars en 2018-2019 pour atteindre un équilibre en 2019-2020.

«On est au début du processus [...] il y a beaucoup d’incertitude», a prévenu le ministre des Finances Carlos Leitao.

Ces prévisions conservatrices s’expliquent notamment par le souhait de Québec d’offrir des prix compétitifs afin de couper l’herbe sous le pied du marché noir, indique le ministère des Finances.

Mais contrairement au gouvernement Trudeau, qui annonçait dans son dernier budget un objectif de réduction de 29% du marché illicite, Québec ne précise pas sa cible.

La province s’attend à un déclin plus graduel du marché noir, car il entend mettre de l’avant une approche de Santé publique dans laquelle, par exemple, les rabais aux consommateurs seront interdits.

De l’argent pour les villes

On prévoit accorder aux municipalités des enveloppes de 26 millions et 36 millions de dollars —au total 62 millions —sur deux ans. Plus de la moitié de ces sommes proviendront des revenus de la vente de cannabis et le reste viendra du trésor public.

Cet argent financera notamment, à hauteur de 10 millions de dollars la première année et 20 millions l’année suivante, la création d’un comité d’Actions concertées pour contrer les économies souterraines («ACCES cannabis»). Sa mission sera de limiter l’accès au pot chez les jeunes en plus de lutter contre la contrebande.

Ce comité sera composé principalement des corps de police, du ministère de la Sécurité publique et du Directeur des poursuites criminelles et pénales.

L’Union des municipalités du Québec se dit satisfaite des sommes annoncées.

«Au départ, il y a des dépenses fixes pour nos municipalités qui ne seront pas aux liés au volume de consommation, a réagi Alexandre Cusson, président de l’UMQ. Donc le fait d’avoir des montants fixes qui correspond à ce qu’on évalue [...] c’est correct.»

 

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.