/news/politics

Québec bonifie le crédit d’impôt pour les frais de garderie au privé

Pour la première fois en près de 10 ans, Québec bonifie le crédit d’impôt pour les frais de garderie au privé, qui pour plusieurs parents, reviendront moins couteux qu’en CPE.

« Les familles dont les enfants fréquentent un service de garde non subventionné pourront profiter d’une meilleure couverture pour les frais de garde payés », a résumé le ministre des Finances, Carlos Leitao, dans son discours sur le budget.

Avec cette bonification de l’aide fiscale pour les frais de garde, il reviendra moins cher, pour ceux dont le revenu familial est de 150 000 $, d’envoyer son enfant dans une garderie privée plutôt que dans un service de garde subventionné. L’économie nette, au privé, sera de 48 cents par jour.

À LIRE ÉGALEMENT

- Les choses à savoir sur le budget

- Un budget généreux financé par les surplus passés

Un nouveau crédit d’impôt pour l’achat d’une première habitation

Québec taxera Netflix

Du «flou» pour les infirmières

- Les taxis compensés grâce aux automobilistes

- Une cagnotte de 1,2 milliard $ pour le tramway

- Budget: pas de profit sur le cannabis, mais des villes satisfaites

Une fois le crédit d’impôt appliqué, une famille dont le revenu de travail est de 50 000 $ déboursera aussi 84 cents de moins par jour si elle opte pour une garderie non subventionnée plutôt qu’un CPE.

Entre ces deux tranches de revenu de travail, il sera toujours plus avantageux d’opter pour le CPE (voir tableau).

Libre choix

Même si le crédit d’impôt n’offrira rien de plus aux parents qui envoient leurs enfants en CPE, le gouvernement Couillard en fait un enjeu d’équité et de « liberté de choix » pour ceux qui font le choix d’un service de garde non subventionné.

Il faut remonter à 2009, pour retracer la dernière augmentation du plafond des dépenses admissibles pour la garde d’un enfant de moins de 7 ans dans une garderie non subventionnée. Pourtant « le coût de la garde en services non subventionnés a progressé, surtout dans les grands centres urbains », peut-on lire dans les documents budgétaires.

Ainsi, à compter de 2018, ce plafond passera de 9 000 $ à 9 500 $, ce qui représentera un gain variant entre 130 à 375 $, selon le revenu. Pour un enfant handicapé, la somme admissible passera de 11 000 $ à 13 000 $, pour un gain oscillant cette fois entre 520 et 1 500 $.

Ces montants seront ensuite indexés pour les années subséquentes. L’indexation, à elle seule, coutera près de 71 M$ sur cinq ans à l’État, et la hausse des plafonds, 88 M$ sur cinq ans.

Gratuite pour les assistés sociaux

Par ailleurs, tel qu’annoncé à la veille du dépôt du budget, le gouvernement Couillard a devancé à août 2018, la gratuité des services de garde en CPE pour les parents qui bénéficient de l’aide sociale qui devait initialement entrer en vigueur en janvier 2020.

« Je trouve que ce sont deux bonnes idées (crédit d’impôt pour les services de garde non subventionnés et gratuité pour les assistés sociaux), a commenté le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault.

Comparaisons des tarifs nets en service de garde (par jour)

Revenu de travail | En CPE | Au privé | Écart CPE vs privé

50 000 | 6,08 $ | 5,24 $ | +0,84 $

75 000 | 7,37 $ | 9,78 $ | -2,41 $

100 000 | 9,44 $ | 10,27 $ | -0,83 $

150 000 | 15,42 $ | 14,94 $ | +0,48 $

* Basé sur un couple ayant deux revenus égaux et ayant un enfant de 4 ans. Les tarifs prennent en compte la déduction fédérale pour frais de garde et le crédit d’impôt remboursable du Québec. Source : Le Plan économique du Québec 2018-2019.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.