/news/politics

Le NPD réclame une charte des droits numériques

Agence QMI

Facebook faces £1bn fine

Dinendra Haria/WENN

Dans la foulée du scandale sur la violation des données privées de millions d’utilisateurs de Facebook, le Nouveau Parti démocratique (NPD) réclame l’adoption d’une charte qui protégerait les droits numériques des Canadiens.

«En ce moment, les enjeux numériques sont au premier plan des discussions des citoyens. Dans les dernières années, plusieurs événements troublants ont affecté autant notre économie, notre vie privée que notre démocratie», a déclaré en conférence de presse mercredi le porte-parole du NPD en matière de science et technologie, Brian Masse.

Son parti déposera dans deux semaines une motion à la Chambre des communes afin de demander une Déclaration canadienne des droits numériques.

La charte souhaitée par le NPD donnerait un cadre au gouvernement pour protéger «l’existence numérique» des Canadiens, sur des questions aussi variées que la vie privée, la consommation ou la vie démocratique.

Outre les récentes révélations sur l’appropriation des données de 50 millions d’utilisateurs Facebook par la firme Cambridge Analytica, le NPD a cité en exemple des cas aussi variés que les appareils mobiles qui prennent feu, comme on l’a vu en 2016 avec Samsung, ou les tentatives étrangères d’influencer une élection, tel que la Russie est soupçonnée de l’avoir fait durant les dernières élections américaines.

«Le paysage numérique est en constante évolution et il n’y a rien en place pour protéger et informer les consommateurs avant que ne survienne un autre scandale», a affirmé M. Masse.

Parmi les protections qu’offrirait la charte des droits numériques, on retrouve l’accès à des services de télécommunications abordables, le consentement des citoyens à l’utilisation de leurs données privées, le développement de compétences en littératie numérique et le principe de neutralité du web.

Dans la même catégorie