/regional/montreal/laurentides

Sainte-Marthe-sur-le-Lac

Un achat qui tourne au cauchemar pour un jeune couple

TVA Nouvelles

Un jeune couple croyait avoir trouvé la maison de ses rêves à Sainte-Marthe-sur-le-Lac. Mais le rêve a rapidement fait place au cauchemar.

Après une infiltration d’eau, seulement deux ans après avoir acheté leur maison des Laurentides, la vie de Marilou Dionne-Leblanc et Hugo Séguin a basculé.

Un champignon plus gros qu’une main se trouvait dans un mur du sous-sol et la moisissure avait envahi le sous-sol tout comme le grenier.

«Si l’évaluation nous avait montré un champignon gros comme cela, on n’aurait jamais acheté la maison», a assuré Hugo Séguin, rencontré par TVA Nouvelles.

Le jeune couple se dit floué par l’inspecteur qui a inspecté la demeure. «On a été floués. On pensait que l’inspection avait été complète», a confié M. Séguin.

L’inspecteur embauché par le couple n’a fait qu’une inspection visuelle sommaire de la maison. Mais avec une inspection exhaustive, des tests d’humidité auraient pu détecter le problème de moisissure et le couple n’aurait pas acheté la résidence.

Les propriétaires doivent maintenant assumer des frais de plus de 50 000 $ en raison de ce problème.

Le couple des Laurentides a entrepris des démarches judiciaires contre l’ancienne propriétaire. Mais faute de fonds, le couple ne peut pas entamer des démarches similaires contre l’inspecteur.

L’état de leur maison a aussi des conséquences sur la santé de Marilou Dionne-Leblanc et Hugo Séguin : saignements de nez, maux de gorge permanents, gorge sèche. Et selon les jeunes propriétaires, leurs chats, qui vomissent constamment, subissent aussi la mauvaise qualité de l’air de leur demeure.

Plusieurs associations réclament depuis longtemps de mieux encadrer le travail des inspecteurs en bâtiment.