/news/society

9 millions volés : des arnaqueurs se font passer pour l’Agence du revenu du Canada

Christopher Nardi - Agence QMI

Des malfaiteurs arrachent de plus en plus d’argent ou d’informations personnelles aux Canadiens en se faisant passer pour l’Agence du revenu du Canada, révèlent des données obtenues par Le Journal de Montréal.

Alors que la saison des impôts bat son plein, attention aux fraudeurs qui veulent profiter du nom de l’Agence du revenu du Canada (ARC).

Au total, plus de 9 M$ ont été soustraits à près de 2800 victimes entre 2015 et 2017 grâce à divers stratagèmes d’extorsion.

La tactique des fraudeurs est simple, mais efficace. Ils appellent des Canadiens en prétextant être des enquêteurs ou des délégués de l’agence fédérale. Ensuite, ils déclarent que la victime fait l’objet d’une enquête ou n’a pas payé ses impôts, et que si elle ne règle pas tout de suite, elle fera face à d’importantes amendes ou même à la prison.

En 2016, un triste nouveau record a été établi au Canada. C’est cette année-là qu’il y a eu le plus de victimes de ce type d’extorsion, souligne le Centre antifraude du Canada (CAFC). Au total, 23 914 personnes ont avisé le CAFC qu’on les avait contactés, et près de 1200 victimes ont déclaré avoir perdu en moyenne 3000 $.

Même si le nombre de victimes déclarées a légèrement chuté à 820 l’année suivante, le montant fraudé par cas a malheureusement bondi à 3800 $, note Lisanne Roy-Beauchamp, chef d’équipe au CAFC.

Cela pourrait s’expliquer par un nouveau stratagème des fraudeurs qui consiste à recontacter d’anciennes victimes en prétextant qu’ils pourront retrouver la majorité de l’argent qu’ils ont perdu s’ils payent un montant « administratif », soit environ 5 % du montant fraudé.

Hameçonnage en hausse

Les tentatives d’hameçonnage impliquant l’ARC, où un fraudeur tente d’obtenir des informations personnelles ou bancaires de sa victime, ont pour leur part doublé entre 2015 et 2017.

Faux courriels prétextant qu’un remboursement d’impôt vous attend si vous cliquez un lien frauduleux ou même des textos indiquant qu’on veut vous faire un transfert Interac. Les tactiques des fraudeurs deviennent de plus en plus subtiles, indique Céline Grimard, une Québécoise qui a contacté Le Journal après avoir reçu un tel message.

« Maintenant qu’ils t’envoient un courriel ou un texto plutôt que de t’appeler, il y a de moins en moins d’indices qui peuvent sonner des alarmes chez les victimes que c’est une fraude. On n’entend plus une personne étrangère qui lit un texte robotique, mais on voit une page web qui a vraiment l’air d’une vraie page de l’ARC », raconte Mme Grimard.

« L’intérêt de cliquer sur le lien est encore plus fort quand on voit qu’on nous indique qu’on veut vous donner de l’argent avant de vous mener vers une fausse page de banque pour vous voler vos informations », continue-t-elle.

Fraudeurs à l’étranger

Or, pas facile de s’attaquer aux criminels qui ont volé des millions aux Canadiens, dit l’ARC.

« Les arnaqueurs qui utilisent le nom de l’ARC opèrent souvent à l’échelle internationale et effacent rapidement toute trace de leur activité. [De] nombreux arnaqueurs participent à [ces] activités criminelles », explique un porte-parole de l’ARC, Karl Lavoie.

De faux subpoenas par courriel

Même le système judiciaire n’est pas sacré pour les fraudeurs. Pour une première fois l’an dernier, des malfaiteurs ont commencé à envoyer de faux subpœnas au nom de la Cour fédérale pour tenter de voler les informations personnelles des Canadiens.

Au total, 30 personnes ont rapporté au Centre antifraude du Canada (CAFC) avoir reçu une fausse citation à comparaître via courriel en 2017. Mais ce chiffre n’est sûrement qu’une goutte dans l’océan, étant donné qu’à peine 5 % des victimes potentielles dénoncent une tentative de fraude, souligne la chef d’équipe Lisanne Roy-Beauchamp.

« On pourrait dire que les tentatives d’hameçonnage usurpant la Cour fédérale sont un phénomène qui a débuté durant l’an 2017 et il pourrait certainement continuer. À ce jour, les plaintes viennent équitablement à travers les provinces », explique-t-elle.

Par courriel

Pour duper leur victime, les fraudeurs envoient un courriel avec l’en-tête de la Cour fédérale indiquant au destinataire qu’ils sont la cible d’un subpœna. Pour en connaître les détails, ils doivent cliquer sur un lien qui leur demande ensuite une foule d’informations personnelles.

Or, jamais au grand jamais la Cour n’envoie des subpœnas par courriel, indique un porte-parole de la Cour. De plus, ceux-ci doivent généralement être livrés par huissier en main propre. Étant donné que ce sont des informations qui sont volées, et non pas de l’argent, difficile pour les autorités d’évaluer les pertes des victimes dans les cas d’hameçonnage.

« Dans la plupart des cas d’hameçonnage, il est difficile de lier directement un événement d’hameçonnage à une perte de fraude. Sans une investigation formelle pour chaque cas ou plus d’informations des institutions financières, il est difficile de commenter au sujet des victimes », a expliqué Mme Roy-Beauchamp.

Que faire si on reçoit un courriel suspect ? « Si on demande de confirmer vos informations, pour n’importe quelle raison (annulation d’un achat, comptes en suspension, confirmer un dépôt, etc.), supprimez le courriel, ne cliquez pas sur les liens, et, si vous avez cliqué sur le lien, fermez la page d’internet », a-t-elle résumé.

Si vous croyez être une victime de fraude, contactez le Centre antifraude du Canada au 1 888 495-8501

Extorsions impliquant le nom de l’ARC et le CIC

Plaintes

2017 : 12 286

2016 : 23 914

2015 : 15 648

Victimes

2017 : 280

2016 : 1194

2015 : 764

Pertes rapportées

2017 : 3 106 277 $

2016 : 3 574 506 $

2015 : 2 414 170 $

Hameçonnage impliquant le nom de l’ARC et le CIC

Plaintes

2017 : 3749

2016 : 3802

2015 : 2481

Victimes

2017 : 1598

2016 : 1491

2015 : 872

Source: Centre antifraude du Canada

Dans la même catégorie