/news/society

Des boissons sucrées alcoolisées toujours vendues

TVA Nouvelles

Un mois après la mort de la jeune Athena Gervais, certains dépanneurs et épiceries vendent toujours la boisson FCKD UP.

C'est d'ailleurs le cas tout près de l'école que fréquentait l'adolescente

La journaliste de TVA Nouvelles a réussi sans aucune difficulté à s’acheter une canette de FUCKD UP dans un dépanneur situé à environ 400 mètres de l'école que fréquentait l’adolescente.

 

«Ça peut changer encore une autre vie de perdue... ça vaut pas mal plus que son petit profit qu'il peut faire», insiste Alain Gervais, le père d’Athena.

Un mois après le décès de sa fille, Alain Gervais n'en revient pas que la boisson soit toujours disponible aussi près de l'école. Sa fille de 14 ans a été retrouvée morte dans un ruisseau, après en avoir consommé sur l'heure du dîner.

Il s'est lui-même rendu dans plusieurs établissements du secteur pour faire de la sensibilisation. «Je ne comprends pas que le message n'ait pas passé de ce côté-là, d'être si près de l'école. C'est minime, ce n'est pas son produit vedette principal.»

Des dizaines de jeunes se rendent à ce dépanneur chaque midi. Si plusieurs ont été sensibilisés par ce qui est arrivé à la jeune fille, d'autres estiment que de voir la boisson dans un dépanneur peut être un incitatif.

«La plupart à la poly et à Laval ont compris ça, mais il y a des dépanneurs qui s'en foutent carrément», témoigne un élève.

«Ça va prendre des semaines, sinon, un petit peu plus», soutient Aldo Geloso, qui est président de Geloso.

Le fabricant de FCKD UP le disait il y a un mois. Le retrait des boissons sur les tablettes des dépanneurs et épiceries se fera graduellement. C'est toujours légal de vendre le produit d'ici l'adoption du projet de loi du gouvernement, qui devrait se faire en juin.

Rappelons que la remise en marché du FOUR LOKO, une autre boisson alcoolisée, a été suspendue jusqu'à nouvel ordre parce qu'elle contenait de l'alcool éthylique.

Une tournée sommaire effectuée aujourd’hui par TVA Nouvelles dans plusieurs dépanneurs a permis de constater que la majorité d’entre eux ne vendent plus de FCKD UP. Plusieurs ont affirmé avoir pris cette décision tout de suite après l'annonce du décès d'Athena.

«Parce qu'il peut arriver quelque chose le lendemain. Moi, je ne voulais pas vendre ça, je ne voulais pas promouvoir ça, martèle Nathalie Jolicoeur, propriétaire du dépanneur Beau-soir. Je n'étais pas à l'aise avec ça. Je les ai fait enlever. Quatre, cinq jeunes qui rentrent en même temps, et il y a déjà d'autres gens qui sont à la caisse, on ne peut pas avoir des yeux partout, c'est impossible.»

Les parents d'Athena attendent toujours les résultats des analyses toxicologiques, qui détermineront combien elle en avait consommé.

-D’après un reportage de Bénédicte Lebel

Dans la même catégorie