/regional/montreal/laurentides

L’Autodrome St-Eustache fermera ses portes

TVA Nouvelles et Agence QMI

L’Autodrome St-Eustache mettra un terme à ses activités à la fin de la saison 2019. La municipalité de Saint-Eustache a annoncé par voie de communiqué qu’elle fera l’acquisition du terrain au coût de 5,3 M$ pour en faire un «parc d’affaires».

«Après cinquante-cinq belles années d’évènements présentés sur le circuit de l’Autodrome St-Eustache, les activités sur la piste de course y ayant lieu devront prendre fin au terme de la saison 2019», a écrit Alan Labrosse, président de l’Autodrome, dans une déclaration publiée sur les médias sociaux.

La superficie du terrain représente 2,2 millions de pieds carrés.

Selon la Ville, l’entente a pu être conclue grâce à un projet de ligne électrique que prévoit construire Hydro-Québec. Jusqu’à maintenant, aucun des trois tracés proposés par la société d’État n’avait été approuvé par Saint-Eustache, ses citoyens et l’Union des producteurs agricoles. Le quatrième tracé suggéré par Hydro «prévoit que la ligne électrique passera sur le site de l’Autodrome plutôt que sur les terres agricoles voisines», selon la municipalité.

«Nous avons tiré le meilleur parti possible du passage de la ligne électrique, dans le but de protéger les intérêts et les propriétés des citoyens, et de faire en sorte de minimiser autant que faire se peut l’impact de ce passage sur les activités agricoles et sur l’environnement, a déclaré le maire Pierre Charron. Jusqu’au bout, nous avons défendu notre point, pour finalement obtenir gain de cause auprès de la société d’État.»

Cette annonce représente toutefois une mauvaise nouvelle pour les amateurs de courses.

«Malheureusement pour les amateurs de sports motorisés (dont nous faisons partie), les besoins ainsi que l’expansion continuelle de la ville de Saint-Eustache et des villes avoisinantes ont mené à l’expropriation éventuelle de la piste», souligne Alan Labrosse.

Le président de l’Autodrome souligne que les commerces spécialisés en préparation et restauration automobile» situés dans les ateliers locatifs «continueront à desservir leur clientèle».

Des problèmes de bruit

La Ville enrichit ainsi son potentiel de développement économique et protège aussi deux érablières et des paysages dans ce secteur et les citoyens ne seront plus dérangés par le bruit des courses.

«L’été, je devais dormir les fenêtres fermées et, même là, on entendait le bruit, alors mon mari et moi sommes très heureux de cette nouvelle», a dit Chantale Raymond, une citoyenne qui habite tout près.

«Après 27 ans, on a fini par s’y faire, mais je ne peux pas te dire que je ne suis pas heureux, on va enfin pouvoir dormir», a ajouté Charles Bouvrette.

La situation au niveau du bruit s’était néanmoins grandement améliorée au cours des dernières années, a fait remarquer le maire.

- Avec la collaboration de Stéphane Sinclair, Agence QMI et monjournal.ca