/news/politics

Certains «aimaient moins mon père» - le fils de Jacques Daoust

Agence QMI

Un des fils du regretté ministre Jacques Daoust, Étienne, croit qu’il est possible que des membres du gouvernement se soient organisés pour provoquer la démission de son père.

«En politique, les gens qui ont un réel impact, on les connaît très peu. [...] Il y a énormément d’acteurs politiques méconnus du public qui ont joué un certain jeu, et qui pour toute sorte de raison, aimaient moins mon père. Ça doit être ça la vraie histoire», a expliqué Étienne Daoust, en entrevue à LCN, mercredi.

Notre Bureau d’enquête a révélé mercredi que l’ex-ministre Daoust n’avait pas donné son accord à la vente des actions de RONA détenues par Investissement Québec, mais que la consigne était plutôt venue de son chef de cabinet, Pierre Ouellet.

C’est du moins ce qu’indique une lettre posthume rédigée de la main de M. Daoust et consultée par notre Bureau d’enquête.

«Maintenant, qui exactement a fait quoi, j’ai réellement l’impression qu’on ne le saura jamais», a continué M. Daoust.

«Il voulait faire une belle fin de carrière. C’était ça, réellement, qu’il voulait. [...] Sa fin de carrière n’a pas été la plus belle, mais il a quitté en continuant de clamer son innocence», a-t-il précisé.

Plus amer qu’on le pensait

Au 98,5 FM, l’autre fils de Jacques Daoust, Sébastien, a dit être sous le choc à la lecture de l’article de notre Bureau d’enquête.

«C’est quelque chose qu’on met en arrière un peu après le décès d’une personne qui est proche de nous, et là de raviver ça, peut-être la partie qui a été la plus douloureuse dans sa vie, c’est difficile à lire», a-t-il confié au micro de Paul Arcand.

Il a également indiqué avoir été «surpris» par le contenu de la lettre, étant donné qu’il considérait son père comme «attristé, plus qu’amer» quant à son passage en politique.

«Mais peut-être qu’il était plus amer qu’on aurait pu le penser. [...] Je ne pense pas qu’il ne soit jamais allé aussi loin que ce que j’ai lu ce matin», a-t-il ajouté.

Aucun des deux fils Daoust ne connaissait l’existence de cette lettre, mais ils n’ont pas remis en doute son authenticité.

Dans la même catégorie