/regional/montreal/montreal

Formule 1: 60 millions $ pour la réfection des paddocks au parc Jean-Drapeau

Sarah Daoust-Braun

 - Agence QMI

La réfection des paddocks du circuit Gilles-Villeneuve pour la Formule 1 coûtera 60 millions $, une somme nécessaire, mais élevée, reconnaît la Ville de Montréal.

Le montant total pour l’ensemble du projet s’élève maintenant à 76 millions $, alors que la facture se chiffrait à 48 millions $ en 2015.

«Aujourd’hui ce n’est pas tellement que nous avons de l’avant, c’est que nous choisissons de ne pas reculer», a affirmé le responsable des grands parcs Luc Ferrandez.

Selon ce dernier, cet événement est «une fête populaire» et il est hors de question de reculer, même s’il s’agit d’un investissement important.

Luc Ferrandez a rappelé que le Grand Prix du Canada jouait un rôle majeur pour le tourisme à Montréal, avec ses prix d’accès parmi les plus bas au monde, sa bonne situation géographique et le fait qu’il attire 52 % de gens de l’extérieur de la métropole.

«Les impacts ont été mesurés, remesurés et c’est une décision qui fait économiquement du sens», a-t-il ajouté.

La mairesse Valérie Plante espère d’ailleurs pouvoir s’entendre à long terme avec la Formule 1 pour éviter de multiplier les rénovations. «Je sais que les Montréalais et les Québécois sont attachés à la F1, mais moi comme administratrice responsable, je dois m’assurer qu’on ne se retrouve pas avec un couteau sous la gorge, a-t-elle expliqué lors d’un point de presse mercredi. J’ai bien l’intention, lorsque le temps sera venu, que nos équipes discutent avec les organisateurs.»

Les membres du comité exécutif ont accordé mercredi un contrat de 59 946 878,49 $ au groupe GEYSER, le plus bas des cinq soumissionnaires qui ont répondu à l’appel d’offres public.

Les anciens paddocks, construits en 1988, seront démolis et reconstruits sur trois étages. La capacité des loges au-dessus des garages augmentera aussi à 5000 personnes, contre 1800 à l’heure actuelle.

Le gouvernement du Québec investit 18 millions $ dans la réfection, la Ville de Montréal empruntera de son côté 38,3 millions $.

Les travaux débuteront en juillet pour se terminer en mai 2019.