/finance/homepage

L’automatisation en réponse à la pénurie de main-d’œuvre

Patricia Hélie

 - TVA Nouvelles

L'entreprise Dolbec de Saint-Ubalde, qui est le plus important producteur, emballeur, distributeur et exportateur de pommes de terre dans l'est du Canada, vient d'investir 12 millions $ dans l’agrandissement et la modernisation de ses installations.

Toute la chaîne de production de Dolbec, qui cultive jusqu'à 100 millions de livres de pommes de terre par année, a été robotisée.

Il s’agit d’une question d'efficacité, bien sûr, mais aussi une volonté de contrer l'importante pénurie de main-d'œuvre qui ne promet pas de se résorber de sitôt.

«Tout ce qui pouvait être automatisé, on l'a automatisé», a expliqué Hugo d'Astous, directeur général chez Dolbec, mercredi, en entrevue avec TVA Nouvelles.

«On a coupé la main-d'œuvre dans l'usine avec le projet, mais on n'a supprimé aucun poste. En fait, on avait de la difficulté à recruter, il y avait un taux de roulement parce que les postes étaient difficiles.»

Dolbec en a profité pour faire de grandes avancées en traçabilité. Grâce à un numéro inscrit sur chaque sac de pommes de terre, on peut savoir exactement dans quel champ celles-ci ont été cultivées.

«On peut savoir quand elle a été emballée, dans quel entrepôt elle était, elle vient de quel champ, même quel opérateur l'a récolté», a énuméré Josée Petitclerc, copropriétaire de l'entreprise.

Dolbec fête ses 50 ans cette année. Si, à l'époque de sa fondation, l'entreprise possédait que 25 acres de terres cultivables ainsi qu’un cheval, elle compte maintenant 10 000 acres et 130 employés.