/news/law

Les photos de la scène de crime présentées à la Cour

Kathleen Frenette | Agence QMI

La «dissection» des gestes posés par Alexandre Bissonnette le soir du 29 janvier 2017 s’est entamée, jeudi matin, avec la présentation des photos prises au lendemain de la tuerie survenue à la Grande Mosquée de Québec.

À LIRE ÉGALEMENT

La vidéo de Bissonnette aurait servi les intérêts des groupes terroristes et racistes

Images de la tuerie perpétrée par Bissonnette: un récit à glacer le sang

Les images de la tuerie ne seront pas rendues publiques

Contrairement à mercredi où Bissonnette a gardé la tête baissée pendant la projection des vidéos, jeudi, il a les yeux rivés sur l’écran qui se trouve devant lui.

GRACIEUSETÉ, SERVICE DE POLICE DE LA VILLE DE QUÉBEC

 

De façon minutieuse et chirurgicale, le procureur aux poursuites criminelles et pénales, Me François Godin a expliqué au juge François Huot le chemin emprunté par le tireur le soir des événements, mais aussi la perspective qu’avaient les fidèles qui, ce soir-là, se sont littéralement retrouvés pris au piège.

Des photos du Mihrab où se sont réfugiés plusieurs hommes, mais aussi des enfants ont également été présentées à la Cour.

 

Pendant que les images défilent à l’écran, les femmes voilées présentes dans la salle essuient leurs larmes discrètement.

Puis, vient le moment où l’arme longue de Bissonnette est présentée en image. L’arme qui, le soir du drame, s’est enraillée et qui a été laissée sur place par le tueur.

BISSONNETTE 4

GRACIEUSETÉ, SERVICE DE POLICE DE LA VILLE DE QUÉBEC

 

«En tout, 28 balles ont été retrouvées dans le chargeur et une balle supplémentaire a été percutée, mais non détonée», a précisé Me Godin. Pendant ce temps, Bissonnette dans la boite des accusés a jeté un regard à son père, présent dans la salle, en pinçant la bouche.

Selon le procureur, un chargeur pouvant contenir trente balles est illégal au Canada. «Lorsqu’un chargeur peut contenir plus de cinq balles, ça devient un dispositif prohibé», a-t-il ajouté.

BISSONNETTE 2

GRACIEUSETÉ, SERVICE DE POLICE DE LA VILLE DE QUÉBEC

 

En tout, 48 balles d’un pistolet Glock 9mm ont été tirées ce soir-là sur une possibilité de 50 balles.

Les deux balles restantes ont été retrouvées dans le pistolet de Bissonnette qui a pris la fuite avec l’arme.

BISSONNETTE 3

GRACIEUSETÉ, SERVICE DE POLICE DE LA VILLE DE QUÉBEC

 

Dans la même catégorie