/regional/montreal/montreal

Constat d'infraction à vélo pour Luc Ferrandez

Le maire du Plateau-Mont-Royal Luc Ferrandez, grand défenseur des droits des cyclistes, a écopé d’une contravention pour avoir roulé à vélo dans le sens contraire du trafic sur une artère à sens unique, mardi matin à Montréal.

Vers 10h, Ferrandez, l’un des piliers de l’administration de la mairesse Valérie Plante, a attiré l’attention d’un policier alors qu’il circulait sur le boulevard Saint-Laurent, en direction sud, non loin de la rue Notre-Dame. À cet endroit, le boulevard Saint-Laurent est pourtant à sens unique vers le nord.

L’élu enfourchait à ce moment un des fameux vélos en libre-service Bixi.

Selon nos informations, M. Ferrandez a écopé d’un constat d’infraction d’une valeur de 42 $ plus les frais, car il aurait contrevenu à l’article 487 du Code de la sécurité routière.

Cet article stipule que «le conducteur d’une bicyclette doit circuler à l’extrême droite de la chaussée et dans le même sens que la circulation, sauf s’il s’apprête à effectuer un virage à gauche, s’il est autorisé à circuler à contresens ou en cas de nécessité.»

Courte distance

Luc Ferrandez, qui siège au Comité exécutif, se rendait à l’hôtel de ville au moment de l’infraction alléguée.

L'élu n’a pas voulu accorder d’entrevue mardi, mais son attaché de presse nous a fait parvenir la déclaration suivante:

«M. Ferrandez a reçu un constat d’infraction pour avoir roulé à vélo sur une courte distance à contre-sens de la circulation. Lorsqu’il s’en est rendu compte, il a immédiatement débarqué de son vélo. Le policier a fait son devoir. M. Ferrandez a reconnu son erreur et paiera sa contravention.»

Une piétonne qui a demandé de garder l’anonymat a raconté au «Journal de Montréal» qu’elle avait failli être renversée par l’élu à vélo, alors qu’elle tentait de traverser l’intersection de la rue Saint-Jacques.

Surprise

«J’ai dû reculer de deux pas. Je pensais que c’était des touristes. J’ai alors crié qu’il était en sens inverse. Il s’est retourné, m’a regardé, et a continué son chemin», a-t-elle expliqué.

Elle a ensuite vu l’élu tourner à gauche pour rejoindre la rue Notre-Dame, au moment où une voiture de police l’a intercepté.

«Honnêtement, j’étais surprise que ce soit M. Ferrandez. Il a été irresponsable. Il aurait pu me renverser, ça aurait été plus compliqué pour lui», a ajouté la piétonne.

Coloré politicien, Luc Ferrandez est maire du Plateau-Mont-Royal depuis 2009. Il s’est fait connaître pour ses positions hostiles à l’automobile. Il milite entre autres pour une meilleure cohabitation entre les cyclistes et les autres usagers de la route comme les automobilistes et les camionneurs.

Des déclarations passées de Luc Ferrandez à propos de la sécurité à vélo

«Les collisions se produisent dans les quartiers centraux, là où l'achalandage est le plus important. Chaque jour, des cyclistes prennent des risques parce que les rues de Montréal ne sont pas sécuritaires.»

Septembre 2016

«Lorsqu'on évalue le bilan de la Ville, on constate que, malgré de nombreuses annonces, peu d'actions concrètes ont été réalisées pour garantir aux cyclistes montréalais davantage de sécurité sur nos rues.»

Avril 2015

«Nous avons l’obligation morale de mettre à la disposition du public des infrastructures routières qui répondent aux meilleurs standards de qualité et de sécurité, tout particulièrement pour les piétons et les cyclistes.»

Mai 2014

- avec la collaboration de Félix Séguin

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.