/news/law

12 mois de prison pour avoir mis le feu au véhicule de Mohamed Labidi

Gracieuseté

L’individu qui a mis le feu à la voiture du président du Centre culturel islamique de Québec a écopé d’une peine de douze mois de prison, vendredi, et il devra effectuer 240 heures de travaux communautaires.

Mathieu Bilodeau, un grand gaillard de 34 ans présentant une problématique de santé mentale est détenu depuis son arrestation en septembre 2017. À l’époque, il s’était fait prendre en flagrant délit de voler des vêtements destinés aux démunis.

Amené au poste de police, Bilodeau avait alors avoué spontanément aux policiers être l’auteur de cinq incendies criminels, dont celui survenu chez Mohamed Labidi un mois auparavant.

«Le cocktail Molotov lancé sur le véhicule a été fabriqué et fourni par un ami de l’accusé et ce dernier craint de le perdre. Mis au défi d’incendier la voiture en échange de quelques cigarettes, l’accusé va accepter de le faire», a rappelé le juge Christian Boulet.

Toutefois, le magistrat a spécifié que même si l’accusé était conscient qu’il s’agissait d’une voiture appartenant à une personne de confession musulmane, «ses gestes ne visaient pas une personne ou un groupe», mais qu’ils relevaient plutôt du «comportement enfantin d’un homme présentant des limites intellectuelles».

D’ailleurs, le juge a rappelé que l’interrogatoire de l’accusé démontrait bien ses limites puisqu’il était «incapable de faire la différence entre un incendie criminel d’un autre qui ne l’est pas».

Comme l’accusé est détenu depuis onze mois de façon préventive, il ne lui reste qu’un reliquat d’un mois à purger avant d’être libéré.

À sa sortie de prison, il devra respecter une période de probation de trois ans assortie d’un suivi pour la même période. De plus, il devra effectuer 240 heures de travaux communautaires.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.