/news/law

Attentat au Metropolis

Selon la Couronne, Richard Henry Bain est un «terroriste»

Michael Nguyen | Journal de Montréal

ARCHIVES/L'INFORMATION DU NORD MONT-TREMBLANT/AGENCE QMI

Richard Henry Bain devrait s’abstenir de demander une peine plus clémente, tant son crime est «répugnant», affirme la Couronne, qui réclame plutôt de rehausser la sentence du meurtrier qu’elle qualifie de «terroriste».

À LIRE ÉGALEMENT

Richard Henry Bain pourra contester sa peine

Richard Henry Bain ne sera pas libéré avant 20 ans

«Le 4 septembre 2012, armé de fusils d’assauts, d’explosifs, et d’assez de munitions pour équiper une petite armée, il a tenté de mettre à genoux la démocratie», écrit le procureur Dennis Galiatsatos en guise d’introduction dans un document déposé à la Cour d’appel cette semaine.

Pour le procureur, Bain mérite l’appellation de «terroriste», pour l’attaque mortelle commise au Métropolis le soir où l’ex-chef du Parti québécois Pauline Marois remportait les élections générales provinciales.

Croisade «absurde»

Le meurtrier de 67 ans avait tiré un seul coup avant que son arme ne s’enraye, mais la balle avait été fatale pour le technicien Denis Blanchette. Le technicien Dave Courage avait quant à lui été blessé.

«Une petite fille a perdu son père en raison d’une croisade absurde voulant que “les Anglais se réveillent”, déplore le procureur, en référence aux paroles de Bain lors de son arrestation. L’harmonie culturelle et linguistique a été secouée. Le Canada a été propulsé sur la scène mondiale pour toutes les mauvaises raisons.»

Au terme de son procès, Bain a été reconnu coupable de meurtre au deuxième degré, écopant de la prison à vie, sans possibilité de libération avant 20 ans.

Terrorisme

La semaine dernière, son avocat, Alan Guttman, a demandé à la Cour d’appel de réduire la période à 10 ans, arguant que son client n’avait jamais été accusé de terrorisme, mais qu’il avait été condamné «en grande partie» comme si ça avait été le cas.

La Couronne a répliqué vendredi, en demandant d’augmenter la peine à 25 ans, en qualifiant à maintes reprises le meurtrier de «terroriste».

«Tout comme d’autres terroristes avant lui [Bain] a échoué, explique Me Galiatsatos, en rappelant que Bain n’a finalement pas commis de tuerie de masse, car son arme s’est enrayée. Mais malheureusement, son comportement lâche et égoïste a brisé des vies, des gens ont perdu leur innocence. C’est une triste tache dans notre histoire.»

Aucune date d’audience n’a encore été fixée pour l’appel de la sentence, mais elle pourrait avoir lieu dès l’automne.

En attendant, Bain continue de purger sa peine dans un pénitencier fédéral.