/finance

Couillard fait une croix sur l’auto québécoise 100 % électrique

Philippe Orfali | Agence QMI

Pour tirer son épingle du jeu dans le secteur du véhicule électrique, le Québec doit encore trouver de quelle manière se démarquer. Et la voiture grand public n’était pas le bon produit pour y parvenir, croit le premier ministre Philippe Couillard.

De passage au 2e Salon du véhicule électrique de Montréal 2018, le premier ministre a longuement vanté les mérites de l’industrie québécoise du véhicule électrique... avant de devoir expliquer pourquoi son gouvernement avait tiré un trait sur un projet d’usine de voitures électriques de plus de 600 millions $ impliquant le groupe français Peugeot-Citroën (PSA).

Comme le révélait «Le Journal de Montréal» le mois dernier, le gouvernement du Québec, par l’entremise d’Investissement Québec, a consacré 10 millions $ au projet avant de l’annuler.

Hydro-Québec, par l’intermédiaire de sa filiale IndusTech (TM4), a de son côté misé et perdu 4 millions $.

«Il n’y a pas de contradiction» entre ces paroles et la décision, a-t-il soutenu, affirmant que les études de préfaisabilité n’avaient pas confirmé la viabilité du projet, et ce même si Peugeot était prêt à y injecter 400 millions $.

«Cette décision n’était pas une décision de nature environnementale, c’était une décision d’affaires. Les gens d’Investissement Québec qui travaillaient avec Peugeot ont jugé que, commercialement, le projet ne tenait pas la route», a dit le premier ministre.

Se trouver une niche

Les opportunités pour le Québec sont nombreuses dans ce secteur, mais la concurrence est féroce, a-t-il poursuivi.

Pour se démarquer, la province devrait cibler certains secteurs du marché qui présentent un fort potentiel.

L’électrification de véhicules industriels serait l’une d’elles, selon lui.

«Je pense que cette filiale de véhicules de livraison, de semi-lourds, c’est une filière dans laquelle le Québec peut s’inscrire [parce qu’] on a déjà de l’expérience dans les autobus électriques.»

La prochaine Tesla ne sera pas québécoise

Le Québec ne peut aspirer à créer de toutes pièces le prochain Tesla ou à rivaliser avec de grands constructeurs automobiles ayant développé leur propre technologie d’auto électrique, croit aussi Sylvain Castonguay, le PDG de Nordresa. L’entreprise de Laval se spécialise dans l’électrification de véhicules de livraison et compte Purolator parmi ses clients.

«Le Québec a un savoir-faire, une expertise dans les véhicules spécialisés et c’est ça notre force. Pour percer, il faut trouver le segment pour nous, le bon marché pour l’exploiter et le capital nécessaire. Le problème ne se situe pas au niveau du développement, mais de la mise en marché.»

Dans la même catégorie