/regional/montreal/montreal

Le BIXI retrouvé au Maroc à vendre sur le web

Francis Pilon | Agence QMI

Courtoisie Avito.ma

Le BIXI repéré au Maroc, qui a fait le tour du web durant les derniers jours, a été mis en vente sur un site de petites annonces.

Le « 24 Heures » a réussi a contacté le propriétaire du vélo qui habite à Rabat. Ce dernier a mis le BIXI en vente sur le site « Avito.ma », l’équivalant de Kijiji au Maroc, pour la somme de 2500 dirhams marocains (environ 345 $ CAN).

«Je ne veux plus le vendre désormais, a toutefois affirmé Abdul Ali. On m’a fait croire que c’est un vélo qui venait de l’Europe, mais j’ai vite vu sur Internet que ça vient du Canada et je veux le garder pour moi.»

M. Ali a rapidement supprimé son annonce quelques minutes après notre appel.

Le Marocain a acheté son BIXI dans une brocante à rabat et il n’a aucune idée de comment son vélo s’est retrouvé au Maroc. Il utilise sa bicyclette principalement pour se rendre au travail.

Vente illégale

Pierre Parent, directeur du marketing de BIXI Montréal, confirme que la vente du BIXI d’une valeur d’environ 2000 $ est illégale.

«C’est tout à fait illégal. Ces vélos appartiennent aux citoyens et à la Ville de Montréal, a-t-il expliqué. Si une personne faisait ça au Québec, elle pourrait être arrêtée pour avoir commis ce geste. »

BIXI Montréal mentionne aussi que cette situation est une première en 10 ans d’opération.

Une dizaine de disparitions

Pierre Parent souligne qu’une dizaine de vélos ont disparu en 2017 à Montréal. Ce nombre diminue à six ou sept BIXI jamais retrouvés en 2016.

En 2010, la ville de Montréal avait perdu près de 125 BIXI.