/news/society

Qui sont les «InCels», auxquels réfère Alek Minassian?

La tragédie de Toronto a mis les projecteurs sur les «InCels», ce regroupement qui attire des hommes frustrés de ne pas être en couple et qui blâment les femmes pour leur célibat prolongé.

Composé à partir de la contraction des mots «involontary» et «celibate», le nom de ce groupe est sur plusieurs lèvres après avoir été propulsé à l’avant-scène à partir d’un message publié sur Facebook par le suspect de l’attaque au camion-bélier, Alek Minassian.

À LIRE ÉGALEMENT

Alek Minassian avait «peur des filles», dit un ancien camarade

Que signifie le dernier message d’Alek Minassian?

Tout ce que l'on sait sur le présumé tueur de Toronto Alek Minassian

«La révolte des Incels a déjà commencé. Nous allons renverser tous les Chads et les Stacys! Vive le Gentleman Suprême Elliot Rodger», écrivait le jeune homme, quelques heures à peine avant la virée meurtrière qui a fait 10 morts.

Les termes employés dans ce message renvoient au lexique privilégié sur les sites internet de la sous-culture «incel», tels que certains forums Reddit ou 4chan, ou surtout Incels.me qui recense des milliers d'utilisateurs mais dont l'accès est interdit aux femmes.

Les hommes qui n'ont jamais eu - ou que très rarement - de relations sexuelles, «malgré de nombreuses tentatives» sont la quasi majorité, et il est strictement proscrit de raconter sur ces forums «ses expériences sentimentales ou sexuelles réussies».

«Chads» et «Stacys» sont ainsi des termes utilisés dans cette communauté pour désigner respectivement un archétype d'hommes et de femmes épanouis sexuellement.

 

De manière générale, le langage employé y est cru, violent et souvent raciste.

«À l’origine, le InCel se voulait un groupe de soutien pour des gens (ndlr: hommes et femmes) qui n’arrivaient pas à avoir des relations romantiques ou sexuelles et se disaient insatisfaits», a expliqué Margaux Bennardi, du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence.

Pour cette spécialiste, l’idéologie qui y est associée se caractérise par un discours misogyne, allant jusqu’à des propos proviol, et une légitimation des comportements violents affichée sur les réseaux sociaux.

Leurs représentants les plus radicaux estiment qu’il est temps de reprendre le contrôle qui leur a été volé par les femmes, et que le masculin doit redevenir «fort et puissant».

The Guardian rapportait, en novembre dernier, que Reddit avait décidé de fermer un forum InCel fréquenté par quelque 40 000 individus quand les appels à la violence ont commencé à fuser. Certains de ses membres avançaient que «toutes les femmes sont des putes», qu’on avait la «preuve que les filles ne sont rien d’autre que des ordures qui utilisent les hommes» et que «les femmes sont la personnification du mal».

Fait inquiétant: «on remarque que [ce discours] est en croissance», indique Mme Bennardi. Ils sont d’ailleurs plusieurs milliers à se réclamer de ce mouvement. Plus troublant encore, certains d’entre eux ont appuyé sans réserve l’accusé Minassian, le félicitant pour ses gestes.

Le terme «incel» a été inventé à la fin des années 1990 par une Canadienne qui voulait que son site internet serve de plateforme «de soutien et d'entre-aide» pour les hommes et les femmes qui comme elle «étaient célibataires ou seuls et qui n'avaient jamais de rendez-vous galants», a-t-elle expliqué au Globe and Mail, horrifiée que son concept ait été dévoyé de la sorte.

Dans la même catégorie