/news/currentevents

Audrey Gagnon expulsée pour des motifs «très importants»

La Maison Marie-Rollet confirme qu’Audrey Gagnon, principale suspecte dans le meurtre de la petite Rosalie, a été expulsée de ses murs le 12 avril dernier, soit cinq jours avant la mort de l’enfant.

Dans un communiqué émis ce matin, la maison qui vient en aide aux femmes violentées et leurs enfants, indique qu’au moment de mettre un terme au séjour d’une femme entre ses murs, les motifs «sont très importants».

La Maison Marie-Rollet ne précise pas la cause du départ d’Audrey Gagnon, mais indique que «la situation a rapidement été rapportée aux autorités appropriées». Encore une fois, l'établissement ne précise pas s’il s’agit de la Direction de la protection de la jeunesse ou de la police.

À LIRE ÉGALEMENT

Meurtre de la petite Rosalie: toujours une seule suspecte

La cause d’Audrey Gagnon est reportée à vendredi

Les policiers de Québec à la recherche de preuves «solides»

Selon la Maison Marie-Rollet, Audrey Gagnon se dirigeait, le 12 avril dernier, «chez un membre de son réseau social pour la soirée en attendant une autre place dans une autre ressource».

Pourtant, dans un échange de textos entre Audrey Gagnon et une amie, quelques heures après avoir été expulsée de la maison Marie-Rollet, l'accusée elle-même se questionnait sur la nature exacte de sa relation avec ce «membre de son réseau social»: «Un de mes amis m’a hébergé (...) j’pense c’est mon chum je suis pas sûr (sic).»

Au sujet d'un nouvel endroit d’hébergement pour elle et Rosalie, Audrey Gagnon écrit ceci, cinq jours après son départ de la maison Marie-Rollet: «J’essaye de trouver une maison d’hébergement depuis jeudi matin (jour de son expulsion) mais ça marche fuck all (sic).»

La maison Marie-Rollet conclut son communiqué en offrant ses condoléances «à la famille et aux proches de Rosalie».

Dans la même catégorie