/news/law

Elle cause la mort en voulant attirer l’attention

Claudia Berthiaume | Journal de Montréal

Emprisonnée pour avoir provoqué une collision frontale ayant causé la mort d’un homme, une jeune femme a récemment avoué avoir agi de la sorte pour obtenir de l’attention, dans un désir d’être populaire sur les réseaux sociaux.

Brenda Pelletier-Bélanger n’a jamais voulu mourir, le 8 octobre 2014.

À LIRE ÉGALEMENT

Accusée de meurtre pour une collision frontale

Pacte de suicide: une adolescente coupable d’homicide involontaire

L'avocat d'une ado impliquée dans un pacte de suicide demande son acquittement

La thèse du pacte de suicide conclu avec une adolescente de 17 ans, qui a été racontée aux policiers, aux avocats et au juge qui l’a condamnée à quatre ans de détention pour homicide involontaire, n’aurait en fait jamais été l’ultime plan de la jeune conductrice.

Et ce, même si les deux amies vivaient des moments de découragement et qu’elles avaient échangé plusieurs textos indiquant que « la vie c’est de la marde ».

C’est ce que l’on apprend dans une récente décision de la Commission des libérations conditionnelles du Canada, qui octroie à la détenue de 21 ans la permission de séjourner dans une maison de transition pour une période de six mois.

«Vous affirmez aujourd’hui n’avoir jamais eu l’intention de vous enlever la vie, mais que vous souhaitiez plutôt provoquer un accident afin de séjourner quelques jours à l’hôpital et pouvoir prendre une “pause” de votre vie et que vous recherchiez l’attention et la sympathie des autres», écrivent les commissaires Michel Lalonde et Jean-Claude Boyer.

En quête de «likes»

«Vous disiez être très influencée par le désir d’être populaire sur les réseaux sociaux et votre estime personnelle fluctuait en fonction des “likes” obtenus», ajoutent-ils.

D’ailleurs, quelques jours après la collision mortelle, Brenda Pelletier-Bélanger a publié une photo d’elle à l’hôpital ainsi qu’un message de remerciements pour «ceux qui la supportent».

Brenda message Facebook

Si la jeune femme, qui avait alors tout juste 18 ans, et sa passagère de 17 ans s’en sont tirées sans blessures graves, celui qui a croisé leur chemin, sur la route 158, à Mirabel, a eu moins de chance.

Jacques Beauchemin est mort sur le coup lorsque Brenda Pelletier-Bélanger a donné un coup de volant pour foncer dans son véhicule.

Jacques Beauchemin, décédé

archives

Conjointe sidérée

«Ça me jette complètement à terre ! Elle a enlevé la vie de quelqu’un!», a réagi Manon Arsenault, la conjointe du défunt, lorsque Le Journal l’a informée de la libération conditionnelle de la jeune femme.

Condamnée en mai 2017 à une peine de quatre ans, Brenda Pelletier-Bélanger peut déjà quitter le pénitencier pour poursuivre ses études collégiales. Il lui est toutefois interdit de consommer alcool et drogues et de conduire.

Sa complice mineure, aussi coupable d’homicide involontaire, reviendra devant la cour la semaine prochaine.

Dans la même catégorie