/finance/pme

Start-ups

Des Québécois dans l’œil d’investisseurs californiens

Francis Halin | Agence QMI

 - Agence QMI

Les investisseurs en capital de risque sont de plus en plus présents dans le démarrage et l’expansion des entreprises d’ici et d’ailleurs. Il n’y a jamais eu autant d’argent disponible pour les start-ups qui vont changer les règles du jeu dans plusieurs marchés.

Régulièrement, «Le Journal de Montréal» va recenser pour nos lecteurs les investissements marquants de la semaine.

Une québécoise dans le 500 Startups

La plateforme d’échange de fichiers et de messagerie sécurisée montréalaise Lexop vient d’être choisie par l’accélérateur californien 500 Startups, l’un des trois meilleurs au monde. La start-up se définit comme étant une sorte de «huissier virtuel». Elle vise les professionnels de l’immobilier et du droit. Lexop est à San Francisco pour quelques mois pour se faire connaître et trouver de nouveaux partenaires.

Un accélérateur de fintechs naît à Montréal

Le descendant de la Montreal Light, Heat & Power Company, qui deviendra plus tard Hydro-Québec, Brendan Holt Dunn, lance l’accélérateur Holt Fintech Accelerator pour trouver les meilleurs start-ups en finance au monde. Son coassocié, Jan Christopher Arp, estime que les institutions financières du pays doivent s’allier au plus vite avec des start-ups pour battre les technos Facebook, Amazon et Alipay qui commencent à offrir des produits financiers chez nous.

Une montréalaise reçoit l’appui de la BDC

L’entreprise GHGSat qui dit avoir «lancé le premier satellite à haute résolution au monde capable de mesurer les émissions de gaz à effet de serre» a reçu une part de l’enveloppe de 40 millions $ de la Banque de développement du Canada visant à appuyer les technos en énergies propres. Après son satellite de démonstration, GHGSat espère en lancer d’autres, beaucoup plus performants, d’ici 2019.

Dr Phil lève 95 millions $

Doctor On Demand, cofondée par le célèbre animateur télé Phillip Calvin McGraw, alias Dr Phil, a mis la main sur plus de 95 millions $ pour poursuivre son développement. L’entreprise de télémédecine de San Francisco propose des consultations médicales par vidéo. Son PDG Hill Ferguson se donne pour mission d’aider les Américains à avoir accès à des soins de santé abordables, un vrai problème dans son pays, estime-t-il.

Les Chinois ont l’intelligence artificielle

La start-up chinoise SenseTime qui vient de lever 772 millions $ est passée maître dans la reconnaissance faciale grâce aux algorithmes de l’intelligence artificielle. Elle a aujourd’hui l’appui d’Alibaba. Fondée il y a quatre ans à peine, SenseTime vaudrait déjà 5,8 milliards $, selon TechCrunch.

Dans la même catégorie