/regional/homepage

Croisières

Un corridor de navigation pour protéger les baleines noires

TVA Nouvelles 

L’industrie des croisières a établi un plan au cours de l’hiver dernier pour protéger les baleines noires du Saint-Laurent. Conjointement avec Pêches et océans Canada et Transports Canada, un corridor de navigation a été tracé entre l’île d’Anticosti et la Gaspésie pour éviter les populations.

«L’une des raisons pourquoi l’industrie des croisières vient dans le Saint-Laurent, c’est la présence des baleines, c’est la nature grandiose du Québec. On n’a pas intérêt comme industrie touristique à ne pas penser à un avenir durable», a assuré René Trépanier, directeur général de l’association des croisières du Saint-Laurent.

À la suite de premières mesures établies pour protéger les baleines, les croisiéristes se plaignaient que l’obligation de ralentir dans le golfe du Saint-Laurent pour protéger ces baleines entraîne des retards trop importants. Des passages ont d’ailleurs été annulés sur la Côte-Nord et la Gaspésie, privant ces régions de retombées économiques.

Désormais, le nouveau corridor de gestion dynamique de la vitesse permet de limiter l’impact des retards. Puisque les baleines n’y ont pas été observées au cours de la dernière année, les bateaux pourront y maintenir leur vitesse et limiter les retards qui seraient provoqués par les détours.

Le corridor est séparé en trois zones. La surveillance aérienne et en mer y sera accrue et si une baleine est observée dans l’une d’elles, la zone sera fermée durant 15 jours.

Malgré cette nouveauté, certains passages ont été annulés cette année à Sept-Îles et à Gaspé. Il y a toutefois une amélioration par rapport à l'année passée.

«On veut que les compagnies de croisière embarquent dans cette mesure-là et non qu'ils annulent automatiquement quand il y a potentiellement un ralentissement», a dit René Trépanier, en entrevue à Mario Dumont.

Le gouvernement du Canada a annoncé en mars dernier son plan de protection des baleines noires, qui prévoit entre autres une limite de vitesse de 10 nœuds imposée aux navires de 20 mètres et plus du 28 avril au 15 novembre, excepté pour certains secteurs où il n’y a pas de baleines.

Il ne reste plus que 450 baleines noires de l’Atlantique Nord dans le monde et des experts craignent sa disparition d’ici les 30 prochaines années si la mortalité causée par l’homme n’est pas réduite ou éliminée.

Dans la même catégorie