/news/currentevents

Six arrestations lors des manifestations du 1er mai à Montréal

Agence QMI

Des manifestations organisées à l'occasion du 1er mai, mardi soir à Montréal, se sont soldées par six arrestations, dont cinq pour des infractions criminelles.

La soirée s'est amorcée au parc Lafontaine vers 18 h où, à l'invitation de la Coalition des luttes anticapitalistes (CLAC), quelques centaines de manifestants se sont réunis. Ceux-ci se sont mis à marcher sur la rue Sherbrooke vers 18 h 30, après la tenue de discours dans le parc.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a cependant mis rapidement un terme à la manifestation, au motif que «des manifestants ont lancé des pièces pyrotechniques et des objets vers les policiers», a fait savoir le porte-parole Laurent Gingras. Deux voitures de citoyens ont également été endommagées lors de cette échauffourée.

Les manifestants ont été repoussés vers le parc Lafontaine, où ils se sont dispersés en petits groupes.

En parallèle, une autre manifestation s'est mise en branle du côté du square Phillips, au centre-ville de Montréal, vers 18 h 45. Les participants à cette marche ont arpenté le centre-ville pendant près d'une heure, se rendant notamment du côté de la tour de la Bourse.

Le SPVM a finalement mis un terme à cette manifestation à proximité du square Dorchester puisque des «objets» auraient été lancés aux policiers, a fait valoir le sergent Gingras.

Entretemps, un petit groupe de manifestants, provenant probablement de la manifestation au parc Lafontaine, a repris la rue peu avant 19 h sur l'avenue Mont-Royal, vers l'est. Ceux-ci ont marché jusqu'à la station de métro Frontenac, où ils se sont dispersés dans le calme.

Cinq arrestations

Un bilan préliminaire offert par le SPVM en début de soirée faisait état de cinq personnes arrêtées pour diverses raisons, incluant voies de fait envers un policier, agression armée d'un policier, entrave au travail des policiers et méfait.

Une personne a aussi été arrêtée en vertu d'un règlement municipal.

Selon le sergent Gingras, deux hommes de 38 et 26 ans, une femme de 21 ans et un adolescent de 17 ans ont été arrêtés.

Dénoncer le G7

Sur son site internet, la CLAC expliquait organiser cette manifestation pour dénoncer les «maîtres financiers de l'Occident» et leurs «pantins politiques», en vue du G7 qui se tiendra à La Malbaie en juin.

«Le G7 sera un beau cirque, financé à même notre exploitation. Financé par ceux et celles qui s'échinent au travail, par les coupes dans nos programmes sociaux, dans l'éducation, dans la santé, dans la dignité humaine», a fait valoir la CLAC.

Le 1er mai, qui marque la journée internationale des travailleurs, a vu le salaire minimum être haussé à 12 $ de l'heure au Québec. Des groupes communautaires et des syndicats ont toutefois profité de l'occasion pour réclamer que le salaire minimum soit haussé à 15 $ de l'heure.