/news/society

De nouvelles protéines dans vos assiettes?

Marie-Ève Dumont | Agence QMI

Daniel Novak, cofondateur de Crickstart qui produit des barres et des craquelins à base de farine de grillon, espère amener tous les consommateurs à s’intéresser à cette protéine écologique.

Marie-Ève Dumont

Daniel Novak, cofondateur de Crickstart qui produit des barres et des craquelins à base de farine de grillon, espère amener tous les consommateurs à s’intéresser à cette protéine écologique.

Barres aux criquets, steak de quinoa ou lait de cajou, la recherche de nouvelles protéines est au cœur des tendances du Salon international de l’alimentation (SIAL) à Montréal. Des entreprises alimentaires d’une soixantaine de pays sont réunies jusqu’à vendredi pour dévoiler ce qui pourrait se retrouver bientôt dans nos assiettes. Voici quelques innovations de chez nous présentées ci-après.

Barres et craquelins aux grillons

La jeune entreprise de Montréal Crickstart produit des barres et des craquelins à base de farine de grillons.

«On parle de l’avenir, mais c’est aujourd’hui que l’on doit penser à des solutions de rechange comme les insectes pour avoir des protéines», souligne Daniel Novak, cofondateur de Crickstart, qui a remporté la troisième place au concours SIAL innovation.

M. Novak souhaite que ses produits intéressent tous les consommateurs, et pas seulement les sportifs. C’est pourquoi il propose un produit moins sucré que les autres fabricants de barres aux insectes, en plus d’être le seul certifié biologique.

«L’an dernier, je pouvais dire qu’il y avait un tiers des gens qui ne voulaient rien savoir du tout, mais maintenant, je te dirais que cette catégorie s’effrite», insiste M. Novak.

De meilleurs grains

Graines de chanvre ou graines de caméline sont toutes deux de nouvelles sources de protéines à utiliser dans les yogourts, soupes, muffins ou salades.

La graine de chanvre, qui contrairement à la croyance populaire ne contient pas de THC, est une excellente source d’Omega 3, d’Omega 6 et de fibres.

«On s’inscrit dans le mouvement végétarien ou végétalien qui gagne en popularité. C’est une bonne alternative quand tu cherches des protéines», insiste Cindy Gagnon, d’Orijin.

La graine de caméline, une plante ancestrale redécouverte de la famille des crucifères (comme le brocoli ou le chou-fleur) pousse quant à elle à Saint-Édouard en Montérégie.

«Une cuillère à thé et demie de grains de caméline contient 1,5 g d’Oméga 3, 4 g de fibres et 4 g de protéines et des antioxydants», énumère Isabelle Pagé, d’Oliméga.

Des sacs de ces graines se retrouveront bientôt sur nos tablettes à l’épicerie. De l’huile est aussi disponible dans les deux cas.

Emballages plus écolos

La question des emballages est aussi une préoccupation des consommateurs qui en réclament des plus écologiques, inquiets des tonnes de plastique qui n’arrivent pas toujours à être recyclées.

L’entreprise Tilton de Saint-Augustin-de-Desmaures, près de Québec, propose une gamme d’emballages fabriqués à base de plantes 100 % compostables.

Ses emballages Biogo se compostent en 45 jours dans les conditions idéales. Ils peuvent être mis dans les bacs de compost ramassés par les villes.

«C’est vraiment les clients qui le demandent. Ils veulent des emballages plus responsables», lance le porte-parole de l’entreprise, Frédéric Noël en souriant.

Dans la même catégorie