/news/politics

Amir Khadir ne sollicitera pas de nouveau mandat

Le député solidaire Amir Khadir, 56 ans, a annoncé vendredi son départ prochain de l’Assemblée nationale, mais il ne quittera pas la politique. Il ne se représentera pas lors des élections provinciales d’octobre.

«Je quitte l’Assemblée nationale, mais je ne quitte pas la politique. Je ne fais que changer de responsabilité», a déclaré M. Khadir, lors d’une conférence de presse tenue dans sa circonscription de Mercier, à Montréal. Il a précisé qu’il part ni contraint, ni à cause d’une maladie ou quelque défaite électorale.

Le député solidaire a évoqué son refus du carriérisme. «Pourquoi je quitte? C’est une promesse, maintenant une nécessité», a soutenu M. Khadir qui n’a pas manqué de saluer la relève dans sa formation politique.Amir Khadir a décoché quelques fléchettes aux dirigeants du mouvement souverainiste.

«Si je quitte l’Assemblée, ce n’est pas non plus en raison des difficultés que connaît le mouvement indépendantiste», dont il attribue l’impasse à «une élite souverainiste égarée qui a poussé notre mouvement dans le couloir étroit des politiques de ressentiment et de crispations identitaires après nous avoir entraînés dans l’illusion néolibérale», a-t-il martelé.

L’élu qui dit rêver toujours de la «République du Québec» est tombé à bras raccourcis sur le capitalisme, dont les liens entre pouvoir de l’argent et pouvoir politique sont devenus «tentaculaires».

«Le politique est devenu inféodé au pouvoir de l'argent. (...) C’est ça le système capitaliste, et il est contrôlé par et pour une toute petite élite, une fraction du 1 %», a ajouté Amir Khadir qui n’a pas expliqué quelle forme prendrait sa future implication en politique.

Il représente la circonscription de Mercier depuis 2008. Il a été jusqu’en 2012 l’un des porte-parole de Québec solidaire, notamment aux côtés de Françoise David, qui a démissionné en janvier 2017.

Médecin de profession, M. Khadir souhaite reprendre son métier pour consacrer plus de temps à ses patients. Né à Téhéran en 1961, Amir Khadir est arrivé à Montréal à l’âge de 10 ans. Il détient un doctorat en médecine de l’Université Laval et une maîtrise en physique de l’Université McGill.

Le co-porte-parole de QS, Manon Massé, a réagi à sa sortie. «Cher Amir, mon justicier du bien commun! Ta poésie comme tes envolées me manqueront, mais je sais que je pourrai toujours compter sur toi. La gauche québécoise perd un grand parlementaire, mais je sais qu’il en arrivera d’autres», a-t-elle indiqué sur son compte Twitter.

L’autre élu de la formation, Gabriel Nadeau-Dubois, a également salué la contribution du député solidaire de Mercier à la vie politique québécoise. «Quand les politiciens font des annonces comme celles-là, on parle souvent de leur «départ de la vie politique» et dans le cas d'Amir, ça fait sourire. Ceux qui le connaissent savent fort bien qu'il ne fait qu'ouvrir un nouveau chapitre de sa contribution à la vie politique», a-t-il souligné sur Twitter.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.