/regional/montreal/laval

En plein tour du monde, il se fait voler à Laval

Photo courtoisie Journal de Montréal

Un touriste chinois qui fait le tour du monde en vélo a dû prolonger son séjour à Montréal après qu’on lui ait volé son moyen de transport. Aussi dépossédé de son sac de couchage et de ses cartes bancaires, il espère surtout que l’on retrouvera son journal de bord.

«Les souvenirs ne se rachètent pas. J’ai tout écrit dans mon journal et j’avais comme projet d’en écrire un livre à mon retour en Chine», regrette Yu Yang, qui a déjà parcouru trois continents avec sa bicyclette depuis deux ans.

Jeudi dernier, il pédalait en direction d’Ottawa quand il s’est arrêté au bord de l’autoroute 13 pour faire son épicerie au Supercentre Walmart.

Entre l’ombre et la lumière

Quand il est sorti, deux heures plus tard, il raconte qu’il ne restait plus rien de ses effets personnels dans le stationnement. Il n’avait alors que son passeport sur lui.

Son vélo, sa tente, sa cuisinette, son argent de poche : tout le reste avait disparu.

«Je voyais le Canada comme un endroit lumineux. Je n’ai même pas pensé qu’il pouvait y avoir des voleurs ici. Je n’avais rien barré. Maintenant, je vois qu’il y a toujours de l’ombre à la lumière», résonne le globe-trotteur de 32 ans.

Se virer de bord

Yu Yang assure quand même qu’il gardera un bon souvenir du pays.

«Les policiers ont été particulièrement généreux avec moi. lls m’ont même payé une chambre le premier soir parce que je n’avais plus d’argent», se réjouit le Pékinois d’origine.

Le Service de police de Laval a en effet confirmé l’avoir aidé à être pris en charge par un organisme pour passer la nuit.

Yu Yang en a profité pour demander de l’aide à ses proches au pays du lotus.

«J’ai réussi à parler à l’un de mes amis, qui m’a envoyé de l’argent. Il m’a aussi mis en contact avec la communauté chinoise ici qui m’a aussitôt offert son aide», s’enthousiasme-t-il, hébergé par une famille de l’Ouest de l’île depuis vendredi.

Il prévoit y rester encore une semaine, «le temps qu’on puisse retrouver au moins le journal», s’entête celui qui a lâché son emploi de designer graphique pour vivre son rêve.

Pas la première fois

Yu Yang a de bonnes raisons de croire que son journal sera retrouvé. Il y a quelques mois, en Colombie, il a été victime d’un incident semblable.

«Cette fois-là, je m’étais seulement fait voler mon vélo. On l’a retrouvé cinq jours plus tard quand j’ai fait une entrevue dans le journal local», se souvient-il.

Le Service de police de Laval dit détenir des images vidéo du suspect en train de dérober la bicyclette aux guidons rouges et aux deux boîtes blanches sur les côtés.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.