/news/society

Les environnementalistes émettent 23 demandes avant les élections

Agence QMI

Adopter une loi visant à réduire de 50% l’utilisation des pesticides en milieu agricole et de 95% en milieu urbain d’ici 2025, ainsi qu’éliminer la moitié des émissions de gaz à effet de serre dans le transport constituent deux des 23 propositions formulées dimanche par une coalition de groupes environnementalistes en vue des élections québécoises de l’automne prochain.

Des organisations comme la Fondation David Suzuki, Greenpeace et Nature Québec estiment que les partis politiques provinciaux doivent inclure toutes ces propositions dans leur programme.

«Pour la première fois, les principales organisations environnementales et citoyennes du Québec s’unissent lors d’élections pour mettre l’environnement au cœur des programmes des partis politiques. C’est historique et à l’image des enjeux environnementaux sur lesquels nous devons agir et qui préoccupent des centaines de milliers d’électeurs au Québec», a mentionné Steven Guilbeault, directeur principal d’Équiterre, par communiqué.

«Les groupes demandent unanimement d'interdire sur le territoire québécois la construction ou l’agrandissement de toute infrastructure visant à augmenter l’exploration, la production, le transport, la distribution ou la consommation d’une énergie fossile comme le charbon, le pétrole et le gaz naturel», a souligné Carole Dupuis, coordonnatrice générale et porte-parole du Regroupement vigilance hydrocarbures Québec.

Un moratoire sur le dézonage des terres agricoles et des investissements de 300 millions $ sur trois ans pour les infrastructures cyclables sont aussi exigés.