/news/society

Le test d’alerte publique échoue sur les cellulaires au Québec

Agence QMI

georgejmclittle - stock.adobe.com

georgejmclittle - stock.adobe.com

Le test d’alerte publique qui a eu lieu lundi au Québec a échoué sur les téléphones mobiles, a confirmé le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

«Le message n’a pas été distribué sur les cellulaires en raison d’un espace superflu dans le code de programmation», a expliqué la porte-parole de l’organisme, Patricia Valladao.

À LIRE ÉGALEMENT

Des tests de messages d'alerte envoyés aujourd'hui

Ces messages d’alerte devaient être transmis à 9h55 sur les cellulaires connectés à un réseau LTE, ainsi qu’à la télévision et à la radio. Le test a seulement fonctionné dans ces deux derniers cas.

Mme Vallado n’a pas pu confirmer si de nouveaux essais auraient lieu pour le Québec. Elle a ajouté que le test de 13h55 en Ontario s’était déroulé sans anicroche.

Pelmorex responsable

Selon le CRTC, le problème est imputable à l’entreprise Pelmorex, de qui relève le Système d'agrégation et de dissémination national d'alertes utilisé par les gouvernements.

En plus de voir au bon fonctionnement du système, les tests menés lundi visent à permettre aux citoyens de se familiariser avec ce type d’alerte, dont la tonalité et le rythme de la vibration sont différents des textos ordinaires.

Pour toutes les autres provinces du Canada, des tests auront lieu le 9 mai.

Depuis le 6 avril dernier, le CRTC exige que tous les fournisseurs de service sans-fil participent au Système national d’alertes au public.

Les messages d'alerte permettent d'avertir la population de menaces imminentes, notamment en cas d'incendies, de tornades, d'inondations, de contamination de l'eau et d'alertes AMBER.

Pour connaître la liste des appareils mobiles compatibles avec chaque fournisseur de service sans-fil, consultez le site d’En Alerte (www.enalerte.ca).

Dans la même catégorie