/news/world

Peter Madsen fait appel de sa condamnation à perpétuité

AFP

Peter Madsen, inventeur autodidacte danois condamné à la perpétuité pour le meurtre de la journaliste suédoise Kim Wall en août 2017 dans son submersible artisanal, a officiellement fait appel de sa condamnation, mais ne conteste pas le verdict, a indiqué lundi le parquet.

Peter Madsen «a été reconnu coupable du meurtre de Kim Wall et n'a fait appel que de la durée» de sa condamnation, a annoncé à l'AFP Simon Gosvig, porte-parole du parquet danois.

La demande de Madsen ne doit cependant pas être interprétée comme un aveu de culpabilité, prévient le parquet.

Le 25 avril, Peter Madsen, 47 ans, a été condamné à la prison à vie pour le meurtre avec préméditation de Kim Wall, 30 ans, ainsi que pour lui avoir infligé des mutilations sexuelles et avoir démembré et décapité son cadavre avant de le disperser en mer.

L'accusé a d'abord expliqué pendant l'enquête que Kim Wall, qui préparait un article sur l'excentrique Danois, était décédée accidentellement en recevant un panneau d'écoutille sur la tête dans la nuit du 10 au 11 août 2017, et qu'il avait découpé et jeté son corps par-dessus bord pour lui offrir une «sépulture marine». Avant de changer de version en octobre.

Kim Wall, selon la nouvelle version qu'il a maintenue jusqu'à la fin de son procès, est morte intoxiquée par des émanations de monoxyde de carbone à l'intérieur de l'UC3 Nautilus, alors qu'un panneau d'écoutille s'était brusquement refermé sous l'effet d'une chute de la pression d'air.

Malgré la bataille d'experts, le manque de preuves matérielles irréfutables et l'état de décomposition avancée du corps de Kim Wall n'ont pas permis de déterminer les causes de sa mort.

La jeune femme est «probablement» morte à la suite d'un égorgement ou d'un étouffement selon les experts. Au total, 14 perforations autour des parties génitales ont également été observées.

La juge professionnelle et les deux jurés siégeant ont suivi le réquisitoire du parquet, estimant que les éléments à charge pesant contre l'accusé suffisaient à établir sa culpabilité.

Selon eux, l'inventeur danois a commis «un meurtre cynique, prémédité, d'une nature particulièrement violente».

La prison à vie correspond au Danemark à 16 ans de réclusion en moyenne. Mais comme le code pénal danois le permet, le parquet a demandé une peine alternative permettant de garder un détenu en cellule tant qu'il est jugé dangereux.

Dans la même catégorie