/regional/montreal/montreal

Ancien terminus de la STL

200 unités d’habitation près de la station de métro Henri-Bourassa

Guillaume Picard

 - Agence QMI

L’ancien terminus de la Société de transport de Laval situé aux abords de la station de métro Henri-Bourassa, dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, sera revitalisé par la construction d’un projet immobilier de 200 unités baptisé Henri B.

Les promoteurs TGTA et LORACON mettront le projet en chantier dès cet automne. Conçu par la firme d’architectes Provencher_Roy, Henri B sera réalisé en deux phases, la première comptant cinq étages, la seconde trois. Les premières unités devraient être occupées dès la fin de 2019.

Les futurs acheteurs seront variés, puisque Henri B proposera des studios ainsi que des condos comprenant une, deux et trois chambres. Les prix varient de 164 000$ à 399 000$, plus les taxes.

On retrouvera aussi des penthouses et des maisons de ville, respectivement à partir de 494 000$ et 625 000$, toujours sans les taxes.

«Le terrain actuel ne comprend aucune végétation et l’omniprésence de surfaces minéralisées contribue à créer un îlot de chaleur important, a dit Martin Galarneau, associé chez TGTA. Notre projet, qui mise sur un important verdissement, redonnera vie au site. Le Henri-B comprend aussi une diversité de types d’habitations qui inciteront des familles et des jeunes professionnels à s’établir dans le quartier, ce qui contribuera certainement au dynamisme du secteur.»

Les concepteurs misent sur l’accessibilité au métro, sur la verdure – 90 arbres seront plantés –, sur l’accès aux berges de la rivière des Prairies ainsi que sur la luminosité. «Grâce à une fenestration pleine hauteur, les espaces de vie décloisonnés laissent passer une quantité exceptionnelle de lumière», selon Roberto Soldera, vice-président de LORACON.

Henri B sera doté de toitures faites de matériaux réfléchissants pour contrer les îlots de chaleurs, de 295 supports à vélo, d’un bassin de rétention des eaux pluviales sous les espaces verts prévus dans la cour intérieure ainsi que l’utilisation de végétaux pouvant résister aux sécheresses.