/finance/homepage

Aéroports de Montréal souhaite une privatisation partielle

Sébastien St-Jean /Agence QMI

Même si le gouvernement Trudeau vient de fermer la porte à toute privatisation des aéroports canadiens, Aéroports de Montréal (ADM) ne lâche pas le morceau.

Pour le PDG d’ADM, Philippe Rainville, une privatisation partielle de l’organisme permettrait de faciliter son développement.

«À moyen terme, ADM s’approchera des limites financières de sa structure actuelle», prévient le dirigeant.

Au cours des cinq prochaines années, ADM prévoit investir 2,5 milliards$ pour augmenter la capacité de l’aéroport Montréal-Trudeau, qui peine à suivre la forte augmentation du trafic aérien. ADM devra ajouter au moins 1 milliard$ à sa dette, qui dépasse déjà les 2 milliards$.

«Il y a plein de ramifications. Ouvrir le capital des aéroports, ça pourrait entraîner beaucoup plus de réglementation parce que les transporteurs seraient inquiets de voir arriver un investisseur privé», a convenu jeudi M. Rainville en marge de l’assemblée annuelle d’ADM.

Les aéroports canadiens sont divisés sur la question de la privatisation: Toronto y est également favorable, mais Vancouver, Calgary et Ottawa sont contre.

L’avenir de la ligne 747

Philippe Rainville s’est par ailleurs montré préoccupé par la disparition possible de la ligne d’autobus 747 de la STM, qui relie le centre-ville à l’aéroport. D’ici 2023, elle pourrait s’arrêter au métro Lionel-Groulx ou être carrément remplacée par le Réseau express métropolitain (REM).

Les employés de l’aéroport craignent que les tarifs du REM soient plus élevés que ceux de la STM, a relevé un employeur présent à Montréal-Trudeau.

«Notre intention est que les tarifs soient comparables (à ceux d’aujourd’hui) pour une distance équivalente», a indiqué jeudi Jean-Vincent Lacroix, porte-parole de CDPQ Infra, responsable du REM.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.