/news/society

Manifestations pro et anti-avortement à Ottawa

TVA Nouvelles

Des milliers de personnes, pour la plupart clairement identifiées à des groupes chrétiens, ont convergé à Ottawa pour manifester contre l’avortement ce jeudi.

De nombreux jeunes originaires des quatre coins du Canada, même des États-Unis faisaient partie du cortège.

Selon les organisateurs, un manifestant sur cinq aurait moins de 30 ans.

Plusieurs militants antiavortement ont profité de la manifestation pour faire le plein de souvenirs.

Dans les petits kiosques de fortune jonchés en bordure des rues d’Ottawa, on pouvait notamment trouver des boules de Noël pro-vie ou encore des casquettes avec la mention «Make Canada Pro-Life Again».

Contre-manifestation

Une contre-manifestation avait été organisée et ils étaient nombreux à suivre le cortège.

Les pro-vie ont notamment dû changer d’itinéraire après que le groupuscule a formé une barrière humaine pour leur bloquer leur chemin.

Après une confrontation d’une trentaine de minutes, les milliers de manifestants antiavortement ont fait demi-tour pour les contourner, mais ils se sont retrouvés à devoir marcher plusieurs kilomètres dus à un nouveau règlement.

L’Ontario empêche depuis quelques mois toute forme de manifestation à proximité des cliniques d’avortement, ainsi plusieurs rues du centre-ville d’Ottawa leur été interdit.

Incident en Chambre

Ces manifestations ont eu lieu au lendemain d’un incident à la Chambre des communes alors qu’un député d’arrière-ban du Parti conservateur du Canada (PCC) eut crié que l’avortement n’était pas un droit.

Le chef du PCC, Andrew Scheer, a dû s’exprimer à ce sujet jeudi et a confirmé que son parti ne comptait pas remettre ce droit en question s’il devait prendre le pouvoir l’an prochain.

«Je considère que ces propos-là sont inacceptables. On ne peut d’aucune façon remettre en question les droits des femmes»  Alain Rayes, lieutenant politique du PCC au Québec.

«Notre position est claire: on ne touche pas à ça. C’est un droit qui existe et qui va demeurer», Gérard Deltell, député PCC de Louis-Saint-Laurent.

- avec la collaboration du Journal de Montréal