/news/politics

Québec solidaire se défend de manquer de transparence

 - Agence QMI

Même si la quasi-totalité des activités de son Conseil national se déroule à huis clos, la porte-parole de Québec solidaire (QS), Manon Massé, assure que sa formation politique demeure résolument transparente.

N’eût été un revirement de dernière minute, pratiquement l’ensemble des activités organisées samedi par Québec solidaire, au Cégep de Sainte-Foy, se serait déroulé à l’abri des médias, exception faite d’un point de presse et d’un discours de Manon Massé.

«Je ne pense pas que c’est un manque de transparence, je crois que c’est une maturité politique qu’on est en train d’apprendre», a expliqué Mme Massé aux journalistes, samedi midi. Tous les ateliers prévus en après-midi avaient lieu à huis clos.

«Ce qu’on a compris en vieillissant, en murissant comme parti, c’est que des fois, de débattre stratégies, c’est quelque chose qu’on doit faire entre nous, parce que sinon ça peut nous coincer, ça peut nous piéger», a ajouté la députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques.

Dimanche, seuls une présentation de candidats, le discours de clôture de Gabriel Nadeau-Dubois et un point de presse seront ouverts aux médias.

C’est donc entre eux, exclusivement, que les membres discuteront de préparation électorale et de la répartition du pouvoir dans un éventuel gouvernement solidaire de transition.

«Le partage des pouvoirs, est-ce que c’est de la stratégie? Non, a reconnu Mme Massé. Est-ce que vous devez savoir tout ce que les membres ont en accord, ou en désaccord avec ça pour le relayer? Je ne sais pas. [...] Les débats qu’on fait entre nous, ça nous appartient.»

La cible de réduction des GES revue à la baisse

Après avoir d’abord songé à sortir journalistes et caméramans de la salle, samedi matin, les militants se sont finalement résolus à tolérer leur présence lors d’une plénière marquée par la division sur le plan de transition énergétique d’un éventuel gouvernement solidaire.

Au cœur du débat: la proposition, soumise par la direction du parti, de revoir à la baisse, l’objectif de réduire de 67 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, tel que décidé par les membres réunis en congrès, l'an dernier.

Malgré les craintes de démobilisation exprimées par plusieurs, l’intervention de Gabriel Nadeau-Dubois en faveur de l’adoption d’une cible de 45 %, appuyée par un rapport d’expert et dite plus «réaliste», a finalement rassemblé l’appui de la très vaste majorité des membres.

Sans surprise, les militants solidaires ont désigné officiellement Manon Massé comme prétendante au poste de première ministre. À la suite d’un vote secret, elle a obtenu l’appui de 98 % des participants du Conseil national.

«J’ai hâte aussi d’aller me colletailler un peu avec M. Couillard, M. Legault et M. Lisée. [...] Et laissez-moi vous dire que ça va rocker», a lancé Mme Massé devant ses militants.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.