/news/politics

Énergie

La biomasse bonne pour l’économie des régions, défend Couillard

Charles Lecavalier | Agence QMI

 - Agence QMI

JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Philippe Couillard défend l’usage de l’énergie biomasse malgré son coût plus élevé et les surplus d’Hydro-Québec puisqu’elle est bonne pour l’économie des régions.

«Il faut que nos économies régionales fonctionnent, il faut protéger nos emplois aussi, et ça prend la solidarité de tous les Québécois», a affirmé le premier ministre mardi lors d’une mêlée de presse à Québec.

Le Bureau parlementaire rapportait mardi qu’Hydro-Québec perdra près de 130 millions $ cette année en achetant à fort prix l’énergie biomasse produite par les entreprises de pâtes et papiers dont elle n'a pas besoin puisqu'elle nage dans les surplus énergétiques.

En effet, en 2018 la société d’État va payer 212 millions $ pour de l’électricité provenant des usines de biomasse, à un taux d’environ 11 cents le kilowattheure, pour la revendre à près de 4 cents le kilowattheure aux clients industriels, dont les mêmes producteurs de pâtes et papiers.

Le spécialiste des politiques énergétiques de HEC Montréal, Pierre-Olivier Pineau, affirmait qu’il s’agissait «d’une décision politique qui n’a aucun sens énergétique et financier». Le spécialiste de l’industrie forestière Luc Bouthillier estimait que ce modèle s’apparentait à une «politique de soutien à l’emploi qui n’en a pas le nom» et qui est payée par les clients d’Hydro-Québec.

Philippe Couillard estime toutefois que les Québécois font une bonne affaire. «Les Québécois paient les plus bas tarifs en Amérique du Nord. Il n’y a pas de surcharge tarifaire», a-t-il lancé.

Il estime qu’il est normal d’utiliser Hydro-Québec «pour créer de la richesse partout au Québec et en région». «La question de l’exploitation des sous-produits forestiers, il faut trouver une solution économique à ça. Laisser les branches par terre inutilisées, les écorces, ce n’est pas bon pour notre économie», a-t-il dit.

Dans la même catégorie