/news/world

Le Mexique et le Canada sont «très gâtés», selon Donald Trump

TVA Nouvelles et avec l'AFP

Le président américain Donald Trump a déclaré mercredi qu’il est très «difficile» de négocier avec le Canada et le Mexique pour le renouvellement de l’ALENA et que ces deux pays sont «très gâtés».

«Ils ont eu l’avantage sur les États-Unis pendant longtemps, a-t-il lancé. Je ne suis pas heureux avec leurs demandes, mais je vous le dis, à la fin, nous allons gagner.»

Le président a du même coup promis «très bientôt» une bonne nouvelle pour l’industrie automobile américaine et ses travailleurs. «Ils vont être très heureux avec ce qui va arriver», a-t-il ajouté.

En réaction, le premier ministre canadien Justin Trudeau a indiqué que son gouvernement restait déterminé à «protéger les intérêts des Canadiens».

«On sait très bien qu’il y a un accord gagnant, gagnant, gagnant pour nous tous, a-t-il souligné. On va continuer d’y travailler. On reconnait que parfois, dans les négociations, il y a des beaux moments et parfois ce sont des moments difficiles.»

Vendredi, M. Trudeau avait indiqué qu'il y avait «une bonne proposition sur la table».

Il avait alors évoqué des propositions du Mexique qui permettraient de réduire le déficit américain avec Mexico «et même de rapatrier certains emplois automobiles du Mexique aux États-Unis».

Ottawa, Mexico et Washington sont convenus que l'ALÉNA, entré en vigueur en 1994 avait besoin d'un bain de jouvence pour intégrer des problématiques notamment sociales et environnementales qui n'existaient pas au moment de la signature du texte originel.

Le président américain a toutefois constamment menacé de sortir de l'ALÉNA si aucun accord satisfaisant n'était trouvé, l'estimant responsable de la destruction de milliers d'emplois américains et de la délocalisation d'entreprises, en particulier dans le secteur automobile.

Dans la même catégorie