/news/law

Quatre mois de prison pour l'homme amoureux de Bissonnette

Kathleen Frenette | Journal de Québec

Pour avoir proféré à un constable spécial des menaces de «causer la mort à la communauté musulmane», un homme qui se dit pasteur et qui éprouvait de forts sentiments pour Alexandre Bissonnette a été condamné à une peine d’incarcération de quatre mois.

C’est au centre de détention de Québec qu’Antonio Dion a fait la connaissance du meurtrier de la Grande Mosquée.

Selon les dires de Dion, «leur passé semblable, le fait qu’ils aient tous deux été intimidés et qu’ils aient eu des idées suicidaires» a fait en sorte que l’homme de 55 ans a eu l’impression de développer «une relation particulière» avec Bissonnette.

«Il mentionne qu’il a créé une alliance et c’est en raison de cette alliance que l’accusé s’est présenté tous les jours au palais lors des représentations sur la peine de Monsieur Bissonnette», a expliqué l’agente de probation Isabelle Talbot qui a évalué Dion dans le but de dresser un portait clair au juge Steve Magnan.

Lorsque Dion a demandé d’aller «rencontrer Bissonnette en détention» et qu’il s’est fait refuser «ces retrouvailles», Antonio Dion a posé un geste impulsif et irréfléchi.

«Monsieur nous dit qu’il ne cautionne pas les gestes posés par Alexandre Bissonnette et que tout ce qu’il voulait, c’était d’aller le retrouver. Comme il a de graves carences au niveau affectif, il s’investit souvent dans des relations improbables et c’est ce qui est arrivé ici», a ajouté l’agente de probation.

Au final, Madame Talbot a indiqué au Tribunal que Dion se servait «de ses lacunes pour attirer la sympathie et pour se déresponsabiliser» mais que le risque du passage à l’acte pour des gestes violents «était faible».

Avant de rendre sa sentence, le président du Tribunal a rappelé que Dion cumulait, depuis 1983, «les antécédents judiciaires d’une façon impressionnante» et que, pour cette infraction, il le condamnait à quatre mois de détention à laquelle il a rattaché une période de probation de trois ans assortie d’un suivi.

Il a également interdit à Dion de contacter Alexandre Bissonnette ou encore «de se trouver dans une salle d’audience où il prendrait place».

Dans la même catégorie