/regional/montreal/montreal

Un nouveau nid pour les faucons de l’échangeur Turcot

Les deux faucons de l'échangeur Turcot, Polly et Algo, qui ont été forcés de déménager à cause des travaux, ont trouvé un nouveau domicile. Les deux oiseaux vivent maintenant dans le clocher d’une église de l’arrondissement Notre-Dame-de-Grâce, à Montréal.

Ce couple de faucons pèlerins retient l'attention depuis quelques semaines dans l’arrondissement de l’ouest de la métropole.

Après avoir élu domicile durant près de six ans sur l'un des piliers de l'échangeur Turcot, l'endroit devenait de moins en moins propice pour le duo. Leurs plus fidèles admirateurs comme Christian Fritschi, qui les observe depuis 2015, ont perdu leur trace durant quelques semaines.

«On les voyait de moins en moins à Turcot, on avait hâte qu'ils s'en aillent de là parce que c'était vraiment l'enfer», explique le photographe et l’ornithologue amateur.

«On s'est mis à les chercher, sachant qu'ils venaient dans le coin. Un de nos collègues les a aperçus en janvier. Finalement début mai, on les a vus rentrer dans un orifice», ajoute l’admirateur des faucons pèlerins.

Les moindres gestes scrutés

Leur déménagement est loin d'être passé inaperçu auprès de ceux qui adorent observer leurs moindres faits et gestes.

«Il y a une fascination pour les rapaces en général, parce qu'ils sont au top de la chaîne alimentaire, ils sont puissants, ils sont beaux», dit M. Fritschi.

L'intérêt pour Poly et Algo ne date pas d'hier. Déjà en 2011, ils avaient fait la manchette en raison de cette somme de 50 000$ investie par le ministère pour assurer leur surveillance et leur évolution.

«On sait que c'est l'animal le plus rapide au monde donc on peut le voir en piqué descendre à 380 km/h donc ça c'est vraiment impressionnant», mentionne Ève Belisle, une admiratrice des faucons.

Le faucon pèlerin est réputé pour sa capacité à s'adapter en zone urbaine. À Montréal, on dénombre plus d'une quinzaine de sites de nidification. Si l'espèce est protégée, elle ne compte plus parmi les espèces menacées de disparition, depuis décembre.