/finance

Deux institutions financières canadiennes visées par des cyberfraudeurs

Agence QMI

ARCHIVES/AGENCE QMI

Deux institutions financières canadiennes, BMO Groupe financier et Simplii Financial, une division de la Banque CIBC, ont été la cible de cyberfraudeurs durant la fin de semaine.

Les deux entreprises ont informé leurs clients de la situation lundi en précisant qu’elles avaient pris des mesures pour pallier le problème.

«Le dimanche 27 mai, des fraudeurs ont communiqué avec BMO, alléguant être en possession de certains renseignements personnels et financiers concernant un petit nombre de clients, a expliqué la Banque de Montréal. Nous croyons que cette attaque a été menée de l'extérieur du pays. Nous avons pris les mesures nécessaires dès que l'incident est survenu et nous sommes persuadés d'avoir réussi à écarter les risques relevés menaçant les comptes des clients visés.»

De son côté, Simplii Financial, une marque de services bancaires directs de la CIBC, a indiqué qu’elle voulait informer ses clients «qu'elle a mis en œuvre des mesures de sécurité en ligne supplémentaires en réponse à une allégation, reçue le dimanche 27 mai 2018, selon laquelle des fraudeurs pourraient avoir eu accès, par voie électronique, à certains renseignements personnels et à de l'information sur les comptes pour environ 40 000 clients de Simplii».

Simplii a précisé qu’«actuellement, rien n'indique que les clients utilisant les services bancaires de CIBC auraient été touchés».

En plus des mesures qu’elle a prises pour faire face à la situation, Simplii recommande à ses clients de «toujours utiliser un mot de passe et un NIP complexes» et de «surveiller les comptes pour repérer des signes d'activité inhabituelle».

«Les clients qui remarquent des opérations suspectes sont invités à communiquer avec Simplii Financial. Si un client est victime de fraude en raison de ce problème, nous rembourserons la totalité de l'argent perdu sur le compte bancaire affecté.»

BMO conseille aussi à ses clients «de surveiller leurs comptes et d'aviser BMO de toute activité suspecte».