/finance/homepage

Jusqu’à 60 avions

Une nouvelle commande pour la C Series

Agence QMI 

Bombardier a annoncé lundi la signature d’une convention d’achat ferme de 30 avions CS300 avec airBaltic. La valeur de cette commande s’élève à environ 2,9 milliards $ US.

L’entente inclut également des options et des droits d’achat pour 30 autres avions du même type. Le total de la commande serait ainsi porté à près de 5,9 milliards $ US si ces options et droits d’achat étaient tous exercés.

«Le programme d’avions C Series fait de plus en plus d’adeptes sur le marché, et cette importante nouvelle commande de l’exploitant de lancement du modèle CS300 est une autre preuve de sa performance en service exceptionnelle», a déclaré Fred Cromer, président, Bombardier Avions commerciaux, dans un communiqué.

«Nous sommes d’autant plus fiers que l’avion CS300 a aidé airBaltic à se maintenir parmi les transporteurs aériens les plus ponctuels du monde. La gamme C Series est à l’avant-garde du marché des petits avions monocouloirs, et airBaltic a grandement contribué à la démonstration de sa valeur», a-t-il ajouté.

Les livraisons pour cette nouvelle commande devraient commencer au quatrième trimestre de 2019. Auparavant, airBaltic avait commandé 20 avions CS300. Actuellement, ce transporteur aérien exploite huit avions CS300 en service payant. Avec cette commande, il devient le plus grand client européen d’avions C Series.

Le syndicat se réjouit

Le Syndicat des machinistes, qui compte des membres chez Bombardier, s’est réjoui de cette annonce.

«AirBaltic a été le premier transporteur à utiliser le CS300. C’est donc une preuve supplémentaire de la qualité de la C Series et une preuve supplémentaire du savoir-faire et du professionnalisme des travailleuses et des travailleurs de l’aérospatiale au Québec», a souligné David Chartrand, coordonnateur québécois du syndicat, dans un communiqué.

M. Chartrand a rappelé que la commande survient au même moment que «la mise en place des dispositions officialisant la Société en commandite C Series dans les installations de Mirabel».

«Même s’il y aura une période d'adaptation on ne s'attend pas à une transition difficile, encore moins si les commandes sont aux rendez-vous», a-t-il tenu à dire,

Dans la même catégorie