/news/society

Des employés de CHSLD à bout de souffle

TVA Nouvelles

La direction d'un CHSLD de Laval est dénoncée par le personnel. Les employés disent devoir négliger les aînés parce qu'on ne remplace pas les travailleurs qui s'absentent pour des raisons de santé.

Au cours des dernières années, il y a eu des nombreuses coupes de personnel et, depuis les derniers mois, la situation est devenue insupportable.

À LIRE ÉGALEMENT

Gaétan Barrette piqué au vif par un débat sur les CHSLD à «La Joute»

«Les plaies de lit, il y en a beaucoup, beaucoup, beaucoup parce qu'on n'a pas le temps de les changer. On ne peut pas les changer, ceux qui ont des selles jusqu'ici, là!» raconte une employée

Des gestionnaires demanderaient même aux préposés de privilégier certains patients pour éviter les plaintes. «On nous demande de prioriser les patients qui ont des familles. Et, ceux qui n’ont pas de famille, bien, c'est eux autres qui écopent», ajoute-t-elle.

«Si vous n'avez pas de famille, que vous êtes seuls, bien, là, vous n'avez pas de soins. On  ne vous changera pas. Vous allez tremper dans votre urine, vous allez tremper dans vos selles, des fois, jusqu'à quatre et cinq heures de temps. C'est inacceptable!» lâche Jean-François Houle du Syndicat des travailleurs du CISSS de Laval-CSN.

Ce qui est insoutenable, pour eux, c'est de ne pas pouvoir offrir les services qu'ils aimeraient donner. «On est là! On a la volonté! Mais on n'a pas les moyens nécessaires», déplore Jean-Arthur Jean-Louis, préposé aux bénéficiaires.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval affirme «qu'il est faux d'alléguer que des usagers ne mangent pas en raison de la vitesse du travail» et «qu'il est faux de prétendre que des usagers, sans famille, se retrouvent délaissés dans leur culotte souillée».

Le CISSS assure aussi qu'il comble les besoins opérationnels lorsque des employés s'absentent. En fin d'après-midi, le ministre de la Santé Gaétan Barrette a nié en bloc l'allégation.

«Les commentaires qui ont été faits, actuellement, sont faux. Il n'y a personne qui est traité de façon différenciée en fonction d'avoir de la famille ou non. Ça n'existe pas. Et, s'il y a des plaies de lit, qu'on me les montre. Je vais débarquer, je vais aller voir», a lancé le ministre.

Par voie de communiqué transmis mercredi soir, le président du comité des résidants du Centre d'hébergement de Sainte-Dorothée a déclaré «être entièrement satisfait des services rendus».

«J'atteste qu'au Centre d'hébergement Sainte-Dorothée, le déroulement des repas ainsi que les soins et services offerts sont de qualité, a-t-il indiqué. De plus, il est important de mentionner que la collaboration avec la direction du Centre est excellente.»

Au début du mois, un tribunal d'arbitrage a ordonné à un CHSLD de Montréal d'embaucher du personnel supplémentaire pour pouvoir donner les soins adéquats aux résidents. À Laval, le syndicat dit avoir entamé des démarches et espère pouvoir en arriver à une décision qui irait dans le même sens.