/regional/homepage

Contenants consignés : un nouveau lieu pour aider ceux qui les collectent

Sarah Daoust-Braun | Agence QMI

GEN-CROCHET-CONSIGNES

COURTOISIE/COOPÉRATIVE LES VALORISTES

Les personnes en situation de précarité qui arpentent les rues de la métropole à la recherche de contenants consignés pourront les déposer cet été dans un nouveau lieu au quartier des Spectacles, en plus du site situé sous le pont Jacques-Cartier.

Un nouveau site de dépôt mobile sera déployé une fois par semaine au IGA Louise Ménard, situé dans le Complexe Desjardins au centre-ville de Montréal.

« On va venir opérer un centre adjacent au IGA, qui est l’un des détaillants qui reçoit le plus de contenants consignés », a expliqué dimanche le président de la coopérative de solidarité Les Valoristes Pierre Batellier. Le site sera monté et démonté la journée même.

Cette initiative permettra à l’épicerie de souffler un peu et d’offrir un nouveau lieu de dépôt aux collecteurs, où ils ne se sentiront pas jugés.

Les «valoristes» sont des travailleurs démunis ou des personnes en situation de précarité qui fouillent les ordures et bacs de recyclage pour récolter bouteilles de bière et canettes dans le but d’obtenir quelques dollars de la consigne.

Ils seront aussi de nouveau accueillis deux jours par semaine cet été, et possiblement cet automne, au site fixe situé sous le pont Jacques-Cartier. Ils peuvent apporter un nombre illimité de contenants et même des canettes écrasées, qui ne sont habituellement pas acceptées par les « gobeuses » des détaillants.

« C’est comme une famille pour moi », a indiqué le valoriste Michel Lépine, âgé de 62 ans. Le retraité fait affaire depuis cinq ans avec la coop Les Valoristes, où il y a selon lui une plus grande « humanité et chaleur » que chez les détaillants.

À l’été 2017, plus de 300 000 contenants consignés ont été ramassés par Les Valoristes en 24 jours, ce qui a permis de redonner près de 25 000 $ en consigne à la communauté.

Pierre Batellier espère récolter environ 20 000 contenants par jour cette saison, et souhaite que le site du pont Jacques-Cartier devienne permanent d’ici 2020.

Crochets et poubelles

En plus des sites de dépôt, la coopérative a mis en place l’année dernière deux autres initiatives pour faciliter le travail de ces travailleurs de l’ombre.

Près de 300 crochets « La Consigne J’accroche » ont été vendus. Ces crochets peuvent être installés devant chez soi et où l’on peut accrocher un sac rempli de canettes et de bouteilles de bière. « Cela a permis de sensibiliser beaucoup de personnes. Il y a aussi des crochets maison qui se sont développés », a souligné Pierre Batellier.

Une trentaine de poubelles avec des supports pour inciter les gens à déposer des contenants consignés ont aussi été installées dans l’arrondissement de Ville-Marie.

Dans la même catégorie