/news/world

Les enfants nord-coréens sont en meilleure santé qu'avant

Agence France-Presse

Les enfants nord-coréens souffrent moins de retard de croissance, un problème lié à une sous-nutrition chronique, qu'il y a quelques années, mais un enfant sur cinq continue d'en être affecté, a annoncé mercredi l'Unicef.

Tels sont les résultats d'une enquête réalisée par le Bureau central des statistiques du gouvernement nord-coréen, avec le soutien technique du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), auprès de 8.500 ménages en 2017.

Selon cette enquête, le taux national de retard de croissance n'a cessé de diminuer ces dernières années en Corée du Nord, passant de 32,4% en 2009 -- année de la précédente enquête -- à 28% en 2012 et à 19% en 2017.

Ces nouvelles données «montrent de légères améliorations, mais des défis persistants», a précisé l'Unicef dans un communiqué.

Selon l'agence de l'ONU, les résultats ont montré des «différences significatives» entre les régions. Ainsi, dans la capitale, Pyongyang, 10% des enfants sont touchés par un retard de croissance, alors que dans la province septentrionale de Ryanggang, non loin de la frontière chinoise, environ 32% en sont affectés.

La coopération de Pyongyang avec l'Unicef dans la collecte et le traitement des données a également fait d'importants progrès depuis 2009, a déclaré la directrice de l'agence pour l'Asie orientale et le Pacifique, Karin Hulshof, lors d'une conférence de presse à Genève.

«Ce sérieux et cette ouverture au sujet des données sont pour l'Unicef un vrai pas en avant», a-t-elle souligné.

Mme Hulshof a précisé que l'accord passé entre l'Unicef et Pyongyang pour mener cette nouvelle enquête datait de 2016 et que les données ont été collectées en 2017.

L'enquête a aussi révélé que plus d'un tiers de l'eau potable des ménages est polluée.

«La situation est pire dans les zones rurales, où près de la moitié des enfants sont toujours exposés à des risques importants de maladie et de malnutrition».

Mme Hulshof a souligné que bien que les chiffres de sous-nutrition se soient améliorés, «seul un enfant sur trois âgé de 6 à 23 mois reçoit une alimentation minimale acceptable».

A la mi-mai, le chef du Programme alimentaire mondial (PAM), l'Américain David Beasley, a jugé que la faim en Corée du Nord avait reculé depuis les années 1990, quand le pays avait traversé une famine qui avait fait des centaines de milliers de morts.

Il a néanmoins souligné qu'il ne faisait «aucun doute» que la faim et la sous-nutrition demeuraient «des problèmes» dans le pays, qui ne dispose que de «15 à 20% de terres arables», selon lui.

En mars 2017, un rapport coordonné par les Nations unies établissait que 10,5 millions de Nord-Coréens (41% de la population) étaient sous-alimentés et que 18 millions (70% de la population) dépendaient des distributions publiques de rations de céréales et de pommes de terre.

La responsable régionale de l'Unicef a exprimé l'espoir que de meilleures statistiques permettront à des agences internationales de cibler de façon plus efficace leur aide en Corée du Nord.

Elle a expliqué que la méthode utilisée pour récolter ces données était identique à celle utilisée dans les 107 pays où des enquêtes de ce type avaient été menées.

Mme Hulshof a ajouté que l'Unicef était responsable du traitement des données et avait recours à des vérifications croisées pour déceler d'éventuelles incohérences.

«Nous sommes sûrs que ces chiffres sont réels», a-t-elle affirmé.

Dans la même catégorie