/finance/homepage

Une baisse de taxes pourrait augmenter les revenus fiscaux

Agence QMI

Diminuer les taxes affectant l'industrie aérienne pourrait permettre à plus de personnes de voyager, voire même de faire augmenter les revenus fiscaux provenant du secteur, suggère une étude de l'institut économique de Montréal (IEDM) dévoilée mercredi.

Selon l'IEDM, les gouvernements prélèvent annuellement 1,5 milliard $ auprès des voyageurs, des compagnies aériennes et des aéroports à l'aide de différentes taxes, par exemple sur le carburant.

«C'est énorme! Cela mine la compétitivité des aéroports et nuit aux voyageurs. Pour au moins une partie de ces frais, on sort clairement de la logique d'utilisateur-payeur: ils ne sont plus qu'une source de revenus pour le gouvernement», a dénoncé l'auteur de l'étude, Alexandre Moreau, un analyste en politique publique à l'IEDM.

L'analyse montre que les aéroports canadiens réclament des frais d'utilisation aux transporteurs aériens 50% plus élevés que la moyenne des 10 aéroports américains les plus coûteux.

Si l'IEDM reconnaît que des facteurs comme la faible densité de population au pays jouent un rôle dans les prix élevés des billets d'avion, l'organisme estime qu'une diminution des taxes touchant le milieu pourrait stimuler la demande grâce à une baisse des prix des billets d'avion.

«Lorsque le Royaume-Uni a aboli les droits sur le transport de passagers, les recettes fiscales en provenance du secteur aérien du gouvernement ont augmenté. Ainsi, l'activité économique générée par la baisse de ces frais et taxes permettrait de compenser en partie les pertes de revenus pour les gouvernements», a souligné M. Moreau.

L'industrie aérienne génère environ 460 000 emplois directs et indirects au pays. Ce secteur économique totalise plus de 35 milliards $, soit 1,8% de l'économie du Canada, a rappelé l'IEDM.