/news/culture

Cinq découvertes à faire au Festival de jazz de Montréal

 - Agence QMI

PHOTO COURTOISIE, JERRY PIGEON

Le Festival international de jazz de Montréal (FIJM) est à nos portes et une fois de plus cette année, son vaste site extérieur, composé de 20 scènes, permettra au public d’assister à quelque 330 concerts gratuits à compter de jeudi.

Puisque la tenue de l’événement est le prétexte idéal pour faire des découvertes musicales, «Le Journal de Montréal» a demandé à Laurent Saulnier, vice-président programmation du FIJM, de nous présenter quelques artistes qui pourraient nous réserver de belles surprises au cours des jours à venir. En voici cinq.

Urban Science Brass Band

PHOTO COURTOISIE, JONATHAN GAUDREAU

«Pour moi, c’est une évidence. C’est un ¨brass band¨ de Montréal qui reprend beaucoup de classiques du hip-hop en version ¨brass band¨. Si tu veux entendre des chansons comme ¨Humble¨ de Kendrick Lamar, par exemple, c’est quelque chose qu’ils pourraient faire, mais à leur façon. C’est vraiment bon. En plus, ils sont là tous les jours. Il y a plein de possibilités de les voir et même les revoir.»

Spectacle déambulatoire (départ angle Sainte-Catherine et Saint-Urbain), tous les jours jusqu’au 7 juillet, à 17 h.

Sam Tucker

PHOTO COURTOISIE, JERRY PIGEON

«C’est son premier vrai show chez nous. Sam Tucker a fait l’avant-dernière édition de ¨La Voix¨. Je pense qu’il mérite sa place parmi les artistes à découvrir puisque peu de gens connaissent ses chansons. Son album est attendu à l’automne. Tout le monde connaît sa voix, mais il reste à le découvrir comme auteur-compositeur- interprète. C’est une belle occasion puisque le «lounge» (Heineken) permet des rencontres assez intimes. Nous nous sommes dit que ça fonctionnait bien avec sa musique.»

Place Heineken (angle Sainte-Catherine et de Bleury), jeudi, 17 h et 19 h.

Bryan Lee

PHOTO COURTOISIE

«Du côté du blues, il y a Bryan Lee, un guitariste originaire de La Nouvelle-Orléans. C’est vraiment du blues comme tout le monde rêve d’en écouter ou d’en faire. C’est ¨classic blues¨, mais le gars le joue et le ¨feel¨ pas à peu près!»

Scène Hyundai/CBC/Radio-Canada (esplanade Clark), vendredi, à 21 h et 23 h.

Israël Proulx

PHOTO COURTOISIE, SAMUEL TESSIER

«Tous les soirs ou presque, à minuit, dans le «lounge» Heineken, on présente ce pianiste qui fait du boogie-woogie. Le gars est fabuleux, il est extraordinaire! Il joue plein de vieilles ¨tounes¨, genre du Little Richard ou ce genre de vieux rock là. En même temps, c’est un vrai ¨showman¨. Il va être là avec son trio et il va y avoir des invités tous les soirs.»

Place Heineken (angle Sainte-Catherine et de Bleury), tous les jours sauf ce samedi, minuit.

Spanish Harlem Orchestra

PHOTO COURTOISIE

«C’est un classique parmi les classiques, mais que pas beaucoup de gens connaissent. D’après moi, c’est probablement le meilleur ¨band¨ de salsa en ce moment; il vient de New York. La ¨gang¨ vient vraiment de ce quartier très typique, portoricain, qui s’appelle le Spanish Harlem. Nous les avions programmés en événement spécial au Festival en 2008. Pour les amateurs de salsa, c’est un arrêt obligatoire. Ils sont vraiment super bons.»

Scène TD (place des Festivals), samedi, 21 h et 23 h.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.