/finance/homepage

Le maire de Trois-Rivières tente de convaincre Swoop

Louis Cloutier

 - Agence QMI

Des discussions étaient en cours afin de convaincre le nouveau transporteur aérien à rabais Swoop, filiale de West Jet, de choisir Trois-Rivières comme base québécoise.

Depuis deux semaines, Swoop relie des villes canadiennes, mais sans encore atterrir au Québec. Le transporteur qui veut éviter les aéroports de Montréal et de Québec en raison des frais aéroportuaires lorgnerait du côté de Mirabel, Saint-Hubert ou Trois-Rivières pour poser ses appareils.

Le maire de Trois-Rivières Yves Lévesque confirme que des approches ont été faites. La ville fait valoir ses atouts notamment la capacité de son aéroport d'accueillir des Boeing 737 et des Airbus 320, les faibles droits aéroportuaires et sa localisation géographique à mi-chemin entre les grandes villes de Montréal et de Québec. On insistera également sur la facilité d'accès à l'aéroport.

«J'étais avec des médecins qui voyagent souvent à l'extérieur pour des recherches. Ils me disaient "monsieur le maire ça n'a pas de sens l'aéroport de Montréal. Et regardez le coût du stationnement. Si on passe la semaine à l'aéroport de Montréal, si vous stationnez à l'aérogare c'est environ 200$ pour une semaine." Chez nous ça serait gratuit" plaide le maire.

Trois-Rivières était venu très près il y a dix ans d'offrir avec Sunwing des départs vers des destinations-soleil. Le projet avait toutefois avorté en raison de l'absence de services douaniers et d'immigration.

Dans la même catégorie