/regional/sherbrooke/estrie

L’inspiration d’un ami décédé lui fait perdre 230lb

Alex Drouin | Journal de Montréal

Charles Laliberté a perdu plus de la moitié de son poids depuis qu’il s’est pris en mains à la suite du décès d’un bon ami en 2008. Avec sa copine Meghan Lavallé, Charles continue de bouger.

gracieuseté Michel Laliberté

Charles Laliberté a perdu plus de la moitié de son poids depuis qu’il s’est pris en mains à la suite du décès d’un bon ami en 2008. Avec sa copine Meghan Lavallé, Charles continue de bouger.

Un homme qui pesait 420 livres a perdu plus de la moitié de son poids, inspiré par un de ses amis mort d’un cancer à 20 ans.

Charles Laliberté, 29 ans, pesait 420 lb en 2015 lorsqu’il a décidé de se prendre en main. Son médecin lui a dit que s’il continuait comme ça, il allait mourir avant 50 ans. Depuis, il a perdu 230 lb.

«Lorsque j’allais dans un buffet chinois, j’étais très heureux parce que je pouvais manger jusqu’à 10 assiettes», a-t-il raconté. Il pouvait également se rendre au Subway quatre à cinq fois par semaine pour engloutir deux sous-marins de 12 po.

Charles Laliberté

gracieuseté

Humour noir

Au primaire et au secondaire, il lui arrivait régulièrement de faire de l’autodérision et de rire de son surplus de poids.

«Si je tombais par terre, je pouvais dire aux autres d’appeler Greenpeace parce qu’une baleine était échouée. En disant ça, ça empêchait les autres de le dire», s'est-il souvenu.

Charles Laliberté a joué au football en 2008 au cégep de Sherbrooke avec Félix Deslauriers-Hallée. Ce dernier est décédé d’un cancer des testicules en 2011, à 20 ans.

«Ç’a été un choc», s'est-il souvenu.

Félix Deslauriers-Hallée

Archives

Quelques semaines après sa mort, le Défi Félix Deslauriers-Hallée - un événement sportif regroupant plusieurs disciplines - a été créé pour amasser des fonds pour la lutte contre le cancer. L’ancien footballeur a décidé d’y participer pour la première fois en 2014 alors qu’il pesait 380 lb. Il a couru le kilomètre qu’il s’était fixé, mais «les 500 derniers mètres ont été un enfer», a-t-il dit.

En 2013, il a commencé petit à petit à surveiller son alimentation et à faire davantage d’activité physique, mais il ne réussissait pas à perdre du poids.

«Je ne suis pas une personne ésotérique dans la vie, mais de lui parler lorsque je m’entraîne, ça m’aide. Je lui demande de me donner de la force et il m’aide à me dépasser», a ajouté celui qui pèse aujourd’hui 190 lb.

Au cours des deux dernières années, il a participé à des courses de 5 et 10 km.

«Ça m’a pris trois ans avant de reconnaître l’homme que je voyais dans le miroir tous les matins», a raconté l’intervenant psychosocial.

Il a dû changer sa garde-robe à chaque tranche de 30 lb perdue. Il estime avoir dépensé 1500 $ pour des vêtements depuis trois ans.

«Encore aujourd’hui, c’est un combat quotidien de ne pas trop manger, mais je réussis à me contrôler», a-t-il dit avec fierté.

Le 7 juillet, Charles Laliberté en sera à sa cinquième participation au défi qui porte le nom de son ancien coéquipier.