/regional/saguenay

Un monument à la mémoire des victimes du chauffard Yves Martin

PIERRE-ALEXANDRE MALTAIS/JOURNAL DE QUÉBEC

Les proches des victimes du chauffard Yves Martin ont dévoilé dimanche un monument à la mémoire des disparus à l’endroit même où, il y a près de trois ans, une tragédie secouait le Saguenay–Lac-Saint-Jean en entier.

En août 2015, Yves Martin fauchait la vie de Mathieu Perron, de sa femme enceinte Vanessa Tremblay-Viger et leur fils Patrick, quatre ans, dans le rang Saint-Paul à Chicoutimi alors qu’il était complètement ivre.

Trois croix

Dimanche, la famille et les amis de Mathieu Perron ont ancré trois croix de métal là où la camionnette du conducteur en état d’ébriété a embouti la voiture de la petite famille. Une façon pour la mère de Mathieu de tenter à nouveau de faire un deuil qui ne veut pas venir.

« Ça aurait dû être fait il y a longtemps, mais c’était le temps après trois ans. Je ne passais pas ici, jamais, mais il y a quelques semaines, mon auto m’a apportée ici et je suis passée tout droit. Je n’ai jamais trouvé où l’accident avait eu lieu. Je me suis dit que ça n’avait pas de bon sens et je me suis mise à pleurer, une vraie crise », a raconté Danielle Tremblay, qui dit être toujours incapable de passer par-dessus la mort de son fils et de ses petits-enfants.

« Après le procès, je me suis dit que tout allait revenir à la normale, mais non. On frappe un mur. J’ai perdu deux petits enfants en même temps, et mon fils n’est plus là pour nous en donner d’autres », a ajouté la femme sans parvenir à retenir ses larmes.

14 ans de prison

Rappelons qu’Yves Martin, qui avait plus de deux fois la limite permise d’alcool dans le sang le soir du drame, a été condamné à 14 ans de prison en janvier 2017. Une peine exemplaire qui constitue pour l’instant le seul baume sur les plaies des proches.

« J’aurais aimé plus, mais je m’attendais à cinq ans, alors quand il a eu 14 ans, j’étais très contente », a réitéré Mme Tremblay, qui compte poursuivre son combat contre l’alcool au volant. « Je veux qu’au Saguenay, on ne soit pas les premiers à lever le coude, mais qu’on soit les premiers à dénoncer. »

Un sentiment partagé par sa fille, Mélanie Perron. « Je veux que ça marque les gens, qu’ils voient le monument et fassent attention à l’alcool au volant. »

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.