/news/elections

À l’aube du déclenchement de la campagne

Dons politiques: la CAQ en 3e position

TVA Nouvelles

Même si la CAQ domine dans les intentions de vote, cette avance ne se répercute pas dans sa caisse électorale. Sa position dans les sondages et la mégacampagne publicitaire diffusée dans les derniers mois n’a pas eu d’effet bénéfique sur les finances du parti de François Legault.

Quand on recense tous les dons faits à des partis politiques cette année, c'est le Parti québécois de Jean-François Lisée qui est fortement en avance avec 800 000 $. Les libéraux de Philippe Couillard sont deuxièmes avec 442 000 $ et la CAQ en troisième position avec 320 000 $. Québec solidaire ferme la marche avec 313 000 $.

Le financement des partis politiques ne se fait toutefois pas seulement à partir des dons. Ils obtiennent des centaines de milliers de dollars, voire des millions de dollars dans certains cas, du Directeur général des élections.

Une campagne avant la campagne

Le fait de connaître la date des élections a permis aux formations politiques de gérer différemment leurs finances. Plusieurs dépenses partisanes ont donc été faites alors que la campagne n'est pas commencée, ce qui est parfaitement légal.

Un professeur d'université s'interroge d’ailleurs sur le nombre de publicités gouvernementales achetées dans la dernière année.

«C'est sûr qu'il y a un examen à faire sur comment les partis se comportent en précampagne, explique Éric Montigny, de la Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires. Par exemple, déjà, on peut constater que les libéraux se sont servis, si on veut, de la machine gouvernementale pour faire de la publicité gouvernementale à saveur un peu préélectorale.»

Même si le Directeur général des élections se dit attentif aux dépenses avant la campagne, les partis peuvent dépenser les montants qu'ils veulent. Ils peuvent même emprunter à des institutions financières en espérant faire le plein de votes pour pouvoir rembourser par la suite.

Dans la même catégorie